SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Délali Estelle Foli: Elle a fait de la danse, son choix de vie.

Par Journaldutogo.com - 06/10/2014

C’est à Lomé en juillet 2007 que va naître la passion de Délali Estelle Foli pour la Danse

 

C’est à Lomé en juillet 2007 que va naître la passion de Délali Estelle Foli pour la Danse. La jeune étudiante, âgée d’une vingtaine d’années seulement, a l’occasion d’admirer ses frères aînés pratiquer la danse africaine, dans la cour d’une maison au quartier Kodjoviakopé, à proximité de la frontière avec le Ghana. Quatre ans plus tard, elle n’a pas chômé. Pour preuve, les chorégraphies dans lesquelles elle est intégrée, se comptent par dizaines et Estelle a déjà à son actif, un bon nombre de formations encadrées par de prestigieuses figures de la danse togolaise.

Une sacrée veinarde !
Il faut dire que tout se passe très vite pour Estelle après la découverte de la danse africaine. Elle participe alors à plusieurs stages organisés autour des rythmes divers et variés. Son apprentissage passera, de la danse Moderne, au Buto (une danse née au Japon dans les années 1960), en passant par les styles Contemporains, Classiques et même le Jazz. Bien qu’encore en apprentissage, Estelle aura la chance de rencontrer des chorégraphes comme Farida Lequoy, de l’île de la Réunion, David Matamela d’Afrique du Sud, l’Allemande Stéphanie Tiersch et le Français Alexandre Castres. Elle finit par être très sollicitée pour diverses prestations scéniques, avec l’aide de quelques promoteurs artistiques au Togo, tels qu’Annie Toussaint, Directrice du centre culturel Brin de chocolat, les chorégraphes Sylvestre Akakpo, Patrick Gbakénou, Nadège Amétogbé, Samuel Zikponou… tous, frappés par son parcours de battante!

 

La Danse devient très rapidement la priorité dans vie d’Estelle, au grand désespoir de son père, qui souhaite qu’elle fasse de longues études, surtout, après son brillant baccalauréat obtenu en Comptabilité et Gestion. La situation n’est pas facile à gérer, mais heureusement, la jeune danseuse, qui sait qu’elle peut compter sur le soutien de sa mère, ne renoncera pas! En outre, la réussite de son grand frère Folo Foli, comédien-humoriste très adulé au Togo, va jouer en sa faveur et la galvaniser, face aux réticences de son père, sur son choix de la danse comme métier. Cependant, Estelle est consciente que, comme la plupart des artistes en Afrique, il lui sera difficile de vivre entièrement de sa passion pour la danse. Réaliste, elle entreprend de dispenser des cours de répétitions en mathématiques. Elle donne également quelques cours de danse par ci, par là, pour arrondir ses fins de mois.

Après 4 années de pratique de la danse sur le tas, Estelle a fait son bonhomme de chemin, acquis de l’expérience et conserve de bons souvenirs: « Mon dernier passage à Dakar, m’a permis de discuter avec des aînés de 30, 40 ans dans le domaine de la danse. Ils m’ont raconté leurs expériences. J’avoue que cela m’a impressionné et muri d’une certaine manière » nous confie t’elle. Une autre expérience, toute récente qui ne l’a pas moins marqué, est son rôle dans la pièce « Plissé Soleil » de la franco-togolaise, Flora Téphaine, figure importante de la danse contemporaine africaine basée à Nantes en France. Une pièce jouée plusieurs fois à l’occasion de l’édition 2011, du festival des Divinités noires au Togo. « La technique de Flora, bien qu’elle soit contemporaine, est un réceptacle de pas traditionnels africains, en général et togolais en particulier » nous dévoile Estelle. Pour elle: « La danse contemporaine est celle qu’on crée soi-même et qui puise ses origines dans le pays qui la pratique ». Une parenthèse qui ne l’éloigne cependant pas de ses propres projets professionnels à courts terme à savoir: « Poursuivre le travail entamé auprès de Flora Téphaine et pouvoir chorégraphier dans grand un cabaret ».

C’est tout le mal qu’on lui souhaite, d’autant plus que sa longiligne silhouette d’1, 75 m, trône dans toutes les pièces où elle se produit en spectacle. A n’en pas douter, Délali Estelle Foli sait créer sur scène, de magnifiques poésies du corps, capables de faire voyager son public à travers la beauté de la tradition africaine. Un don, qui lui permet sans doute d’envisager une brillante carrière !

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

require_once(

Agenda - événements

Africa SME Champions Forum: 300 PME africaines ont rendez-vous à Dakar
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuTogo.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués