International › APA

Abiy Ahmed allonge la liste des nobélistes de la paix africains

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, arrivé au pouvoir en avril 2018, est devenu ce vendredi le onzième Africain à inscrire son nom au prestigieux palmarès du prix Nobel de la paix.Cette distinction pensée par le chimiste suédois Alfred Nobel (1833-1896) est, pour les récipiendaires qui œuvrent pour une paix durable, un couronnement. C’est en 1960 qu’un fils de l’Afrique a décroché ce prix pour la première fois. Il s’agit d’Albert John Luthuli, ex-chef de tribu et ancien président du Congrès national africain (ANC) distingué pour son combat contre l’apartheid.

Dix-huit ans plus tard, le président égyptien Anouar El-Sadate remporte, avec le Premier ministre israélien Menahem Begin, le Nobel de la paix grâce à la signature des accords de Camp David visant à pacifier les relations entre leurs deux Etats.

Alors qu’en 1984, l’Afrique du Sud traverse toujours une période sombre, Desmond Tutu gagne le prix Nobel de la paix pour ses courageuses prises de position. Principaux artisans de l’abolition du régime ségrégationniste, Nelson Mandela et Frederik Willem de Klerk vont marcher sur les pas de l’archevêque en 1993.

En 2001, l’Organisation des nations unies (Onu) et son Secrétaire général Kofi Annan (Ghanéen), sont choisis pour le prix Nobel de la paix après les efforts consentis en faveur d’un monde mieux organisé et plus pacifique.

Décédée en septembre 2011, la Kényane Wangari Maathai a, sept ans plus tôt, été la première femme africaine à obtenir le prix Nobel de la paix pour ses actions en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix.

Comme Kofi Annan, l’Egyptien Mohamed el-Baradei, Directeur général de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) reçoit conjointement en 2005 cette récompense avec l’organisation qu’il dirige.

La Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, première cheffe de l’Etat en Afrique et sa compatriote Leymah Gbowee ont été auréolées en 2011 pour leur engagement dans la défense des droits de la femme.

Ensuite, le quartet du dialogue national tunisien, composé de l’Union générale tunisienne du travail, de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, du Conseil de l’Ordre national des avocats de Tunisie et de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, est lauréat en 2015 du prix Nobel de la paix pour son rôle dans l’instauration de la démocratie suite à la révolution du Jasmin.

Enfin, ce Graal a été attribué en 2018 à Denis Mukwege, un médecin-gynécologue congolais. Outre le prix Nobel de la paix, des Africains dont Sydney Brenner, John Maxwell Coetzee, Ahmed Zewail, Nadine Gordimer, Naguib Mahfuz et Wole Soyinka, ont remporté des Nobels en littérature, en médecine et en chimie.



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut