International › APA

Coronavirus : un manque à gagner pour le tourisme africain

Même si les autres continents constituent les destinations de prédilection des 150 millions de touristes chinois d’après l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), l’Afrique avait commencé à gagner leur confiance avant que le coronavirusn’apparaisse en Chine.Parti en décembre au centre de la Chine, à Wuhan, le coronavirus, maintenant appelé Covid-19, a déjà tué près de 1400 personnes et contaminé 64.000 personnes. 

Face à la progression de l’épidémie, le gouvernement chinois a suspendu les voyages organisés et déconseillé à ses ressortissants de partir à l’étranger. Sachant que ces dernierssont le « moteur du tourisme mondial », leur confinement a un impact économique sans précédent. 

En Afrique, ce sont l’Égypte, le Kenya, le Maroc, l’Afrique du Sud et l’Ile Maurice qui sont les plus touchés. Ces pays sont les destinations préférées des Chinois sur le continent.

En 2017, 800.000 touristes chinois y étaient recensés. Une nette progression au fil des années. Car entre 2009 et 2015, leur nombre a augmenté de 162% pour atteindre 600.000 en Afrique, sur un total de 113 millions de Chinois ayant quitté leur pays pour les vacances.

Même s’ils « connaissent mal le continent », relève le chroniqueur du journal Le Monde Sébastien Le Belzic, installé en Chine depuis 2007, ils « avouent une passion pour les grands espaces, les animaux sauvages… Les documentaires sur la faune africaine font un carton à la télévision chinoise ».

« L’Afrique n’est plus vue comme un continent dangereux, ravagé par les guerres et les épidémies, mais comme un nouveau territoire à découvrir, avec des plages sublimes, des paysages spectaculaires et une faune unique au monde », expliquait à Jeune Afrique Wolfi Chen, chef de produits Afrique et Moyen-Orient à Beijing Global Tour International Travel Service Co.

Tourisme lucratif

Les ressortissants de l’empire du Milieu sont dépensiers en voyage : 203,8 milliards d’euros rien qu’en 2015. La note par nuitée, d’un touriste chinois, est en moyenne 40% supérieure à celle d’un Européen dans un pays comme le Maroc. Un business florissant !

L’Afrique a enregistré 60 millions de visiteurs internationauxen 2017, soit une augmentation de 7%. Elle espérait capter, par ailleurs, une part significative de cette manne chinoise estimée en 2018 à 300 milliards de dollars (181.000 milliards F CFA).

Les statistiques montraient que près de 200 millions de touristes chinois devaient partir à la découverte du monde en 2020, soit 20% de plus qu’aujourd’hui.

Mais avec l’apparition du coronavirus, plusieurs pays africains ont restreint les vols en provenance de la Chine continentale pour éviter la propagation de l’épidémie sur leur territoire. C’est le cas du Maroc qui a suspendu la ligne directe reliant Casablanca à Pékin lancée le 16 janvier dernier.

Le Maroc est une destination très prisée des touristes chinois depuis la suppression des visas en 2016. « En 2019, 150.000 touristes chinois sont venus. Nous en attendions 250.000 cette année avec cette nouvelle ligne, mais l’impact négatif est déjà là », a confié un professionnel du tourisme au journal Le Monde.



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut