International › APA

Fatma Samoura, une « amazone » de la Fifa pour auditer la CAF

La Fédération internationale de football association (Fifa) a confié sa mission d’audit général de la Confédération africaine de football (Caf) à sa secrétaire générale, la Sénégalaise Fatma Samoura Ndiaye âgée 56 ans.Cette mission de six mois pour « évaluer la situation actuelle au sein de la Caf et contribuer à l’accélération du processus de mise en œuvre des réformes en cours » est donc confiée à une ancienne fonctionnaire de l’ONU.

Fatma Samba Diouf Samoura à l’état civil a quitté son pays natal à 18 ans pour la France (Lyon) pour poursuivre ses études supérieures. Elle rentrera au bercail en 1987 pour intégrer directement les Industries Chimiques du Sénégal (ICS), où elle avait en charge le département vente à l’export des produits phosphatiers élaborés. Elle y passa 8 ans avant de rejoindre, suite à un appel à candidatures, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) à Rome (Italie).

En 21 ans de carrière aux Nation unies, elle va sillonner l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Asie, l’Europe à travers plusieurs programmes humanitaires avec comme mission principale : acheminer dans des pays en crise l’aide alimentaire, aux femmes, enfants et aux groupes vulnérables. À travers son travail à l’ONU, elle a changé la vie de millions de personnes.

Fatma Samoura Ndiaye s’engage à mener sans réserve cette tâche au péril de sa vie parfois dans des zones où la situation sécuritaire était parfois très volatile. « J’ai risqué ma vie tous les jours. C’était le cas avec mon dernier poste comme Coordonnateur humanitaire au Tchad, où j’étais basée à Abéché en pleine guerre civile. On avait tout le temps des menaces d’attaques de rebelles venus du Soudan. J’ai dû évacuer le personnel des Nations unies à un moment donné. J’ai fait l’objet de plusieurs attaques, on a perdu plus de 200 véhicules dans cette zone », confiait-elle dans une interview avec la télévision sénégalaise TFM.

La même situation se reproduit à Madagascar lors de la transition politique. Mais, en femme de caractère, elle a tenu bon, participant au déroulement des élections présidentielles, législatives, sénatoriales dans ce pays.

En fin de mission dans la Grande Île, Mme Ndiaye croise Gianni Infantino, candidat à la présidence de la Fifa de passage en Afrique pour battre campagne. Elle séduit le futur président de la Fifa grâce à ses qualités managériales.

Trois ans plus tard, Fatma Samoura a appris à se familiariser avec un monde qui ne lui était pas totalement inconnu. Issue d’une fratrie de neuf enfants, elle a déjà tapé au ballon durant sa jeunesse, sauf que gérer le football mondial et son administration, n’est pas pareil que le connaître quotidiennement. Fatma Samoura Ndiaye s’en est rendue compte en mettant une année pour clore les dossiers à scandale financiers qui secouaient la Fifa.

Elle s’est attelée aussi à la mission de restructuration de la Fifa avec la création d’un département football et administration. Un plan décennal a été aussi élaboré et doit permettre à terme aux associations affiliées notamment africaines de multiplier par quatre leurs revenus financiers.

Cette polyglotte (elle parle anglais, espagnol, italien), passionnée des arts culinaires et de la natation, a été désignée en 2018 par le Magazine américain Forbes comme la « Femme la plus puissante dans le monde du sport ». Une consécration de plus pour Fatma Samoura, dont la nouvelle mission est désormais d’auditer la Confédération africaine de football (CAF), une instance en léthargie, afin d’accélérer les réformes nécessaires et d’assainir les comptes de l’instance faitière du football africain basée au Caire.

Commentaire

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut