International › APA

Le coronavirus décrit comme un psychodrame national par les journaux camerounais

Les contenus des journaux camerounais parus lundi semblent, de plus en plus, céder au psychodrame, face au coronavirus dont les cas augmentent à un rythme exponentiel dans le pays.«Il est temps d’instaurer le confinement général». Tel est le titre qui barre la couverture de The Sun dont l’éditorialiste s’émeut de la croissance exponentielle de la maladie à l’intérieur des frontières en quelques semaines seulement, demandant au gouvernement d’instaurer l’état d’urgence sanitaire.

Victime collatérale de la maladie, l’école s’adapte tant bien que mal à la nouvelle réalité, constate le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : alors que le pays a franchi la barre des 600 cas, que les congés de Pâques s’achèvent le 15 avril prochain, le gouvernement est en quête d’une solution appropriée pour boucler l’année scolaire au moment où tous les établissements sont fermés.

Pendant ce temps, soupire La Voix du Centre sous le titre «Paul Biya ‘’confiné » dans son Palais», le chef de l’État s’est muré dans un étrange silence au moment où ses compatriotes s’abandonnent à la panique et que le seul des 500 cas est largement franchi. Et il n’est pas seul à jouer avec les nerfs des citoyens, renchérit Le Messager : en face, le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) s’amuse lui aussi, à coup d’ultimatums, à presser le président de la République de s’exprimer sur la question.

Ainsi, note le quotidien à capitaux privés, après avoir donné 7 jours à son adversaire pour s’adresser à ses compatriotes, faute de quoi il prendrait ses responsabilités devant l’histoire, le même a prolongé sa sommation d’une nouvelle semaine. «Lutte contre le coronavirus : Maurice Kamto donne un nouvel ultimatum à Paul Biya», résume Mutations. «Kamto note que Biya est vivant, mais déficient», titre The Median. Kamto et les gros bonnets du régime en guerre pour savoir où se trouve le président Biya», prolonge The Post.

Le 27 mars 2020, rappelle Repères qui évoque une «imposture», prenant à témoin le peuple et la communauté internationale, ledit opposant, en quête d’une santé politique après son échec à la présidentielle 2018 et le boycott des législatives et municipales du 9 février 2020, avait enjoint Paul Biya sous 7 jours à s’adresser aux Camerounais, lui-même, faute de quoi le peuple camerounais serait en devoir de constater sa défaillance et d’en tirer toutes les conséquences politiques.

Lesdites «conséquences», répond en écho Aurore Plus, se déclinent au lancement d’un fonds de solidarité, doublure d’une initiative de la même veine lancée en semaine par le gouvernement. «Que de temps perdu ! Et quel gâchis !» s’écrie le bihebdomadaire, regrettant «le manque d’anticipation de Maurice Kamto, ainsi que son obstination à faire agir un système décrédibilisé et ayant largement démontré sa sclérose». Ce que retient The Horizon dans cette polémique, c’est que le président du MRC demande aux Camerounais de ne pas s’acquitter de leurs factures d’eau et d’électricité pendant 3 mois.

Et Le Quotidien de l’Économie de prévenir : malmené par ses propres tergiversations, le gouvernement doit également, et d’urgence, réajuster ses prévisions économiques pour s’adapter au contexte actuel, et à venir. Le pouvoir est au front pour barrer la route au coronavirus, rassure Pile ou Face, pour qui le seul phénomène à redouter aujourd’hui est la résistance constatée des églises dites réveillées, qui se montrent indifférentes aux mesures de prévention prescrites par les autorités.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut