International › APA

Les produits congelés importés font le régal des Congolais

Les produits congelés importés de l’étranger, notamment la viande de bœuf, de mouton et de porc ainsi que la volaille sont particulièrement consommés en République du Congo. Vendues à des prix abordables, ces denrées en provenance d’Asie, des Etats-Unis, d’Europe et même de la RDC voisine, font l’affaire des Congolais qui, durement affectés par la crise, y trouvent l’occasion de faire bouillir la marmite à la hauteur de leur maigre portefeuille.Partout dans le pays, surtout les grandes villes comme Brazzaville, la capitale, et Pointe-Noire, les commerces de produits congelés voire recongelés abondent, proposant des poulets, des côtes de porc, des rognons et autres steaks de mouton. Des sociétés comme « Guenin » sont spécialisées dans l’importation de ces denrées, de même que des particuliers, attirés par le succès d’un tel commerce.

Pour mieux appâter la clientèle, ces derniers vendent en gros mais aussi en détail, d’où avec 500 FCFA en poche, 300, 200 voire 150 FCFA on peut se payer un tas de produits congelés pour un repas carné.

En outre, les Congolais n’ont jamais autant rivalisé de grillades avec ces produits congelés accessibles à tout le monde, au moment où la viande locale ou le gibier coûtent les yeux de la tête. Même le poisson jugé cher a perdu la cote au profit de la viande et de la volaille importées.

« J’ai une grande famille mais je ne peux pas m’offrir le poisson d’eau douce, pourtant pêché dans les eaux de nos rivières. Il coûte 2000 FCFA le tas voire 5000 FCFA », confie Gondo André, un fonctionnaire qui dit avoir définitivement opté pour les côtes de porc importées vendues 1500 FCFA le kilogramme à la boucherie de son quartier ou au marché. A l’en croire, sa femme met dans la préparation de la viande congelée beaucoup de légumes et toute la famille arrive à manger à satiété.

Confirmant les dires de son collègue, Antoine Ololo, un autre fonctionnaire, déclare de manière péremptoire : « La seule viande que le Congolais moyen peut consommer aujourd’hui vient des produits congelés car la viande fraîche de bœuf est vendue le kilogramme à 4000 FCFA et celle de mouton à 4500 FCFA. »

De la même manière, il ne pense plus à la viande de brousse qui, à en croire Ololo, est vendue 5000 ou 10.000 FCFA le kilogramme. « Quand on sait que le Congolais moyen vit avec moins d’un dollar, il n’y a pas d’illusions à se faire : on va vers ce qui accessible et il n’y a pas de miracle », assène-t-il.

Interrogé sur la nouvelle trouvaille de ses compatriotes, le Dr Ossébi Alain, chef de service à l’hôpital de base de Talangaï, dans l’arrondissement six de Brazzaville, avertit que la consommation des produits congelés ou recongelés après décongélation n’est pas sans conséquence sur la santé.

Selon lui, on peut y avoir l’explication de l’augmentation des myomes chez les femmes adultes et des cas d’AVC et de paralysie précoces notés chez les Congolais.

Entre autres griefs, Dr Ossébi déplore la mauvaise conservation des produits congelés, favorisés par les récurrents délestages électriques dans les grandes villes du Congo.

Loin de ces mises en garde, les Congolais se rabattent sans retenue sur les produits carnés importés, y voyant là l’occasion de se remplir le ventre et de tenir face à la crise, accentuée par les salaires impayés dans plusieurs entreprises paraétatiques et les retards de salaires dans la fonction publique.

Payés auparavant le 25 de chaque mois, les salaires sont maintenant perçus le 8 ou le 10 après la fin du mois.



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut