International › APA

Les raisons de la crainte des Gambiens des troubles en Guinée

Les Gambiens suivent avec inquiétude l’agitation politique meurtrière qui se déroule en Guinée voisine, après que le projet du président Alpha Condé de prolonger son mandat au pouvoir a provoqué au cours de cette semaine, des scènes de violente à Conakry principalement.Condé, élu pour la première fois en 2010, demande des modifications de la constitution qui lui devraient lui permettre d’aller au-delà de ses deux mandats reconnus par la loi fondamentale du pays, une tentative rejetée par l’opposition et les acteurs de la société civile qui mènent une campagne nationale de désobéissance civile à son encontre.

Au moins neuf personnes ont été tuées dans des affrontements entre manifestants avec les forces de sécurité.

De nombreux Gambiens craignent que les événements en Guinée incitent à une action de protestation similaire, menée par un mouvement qui a juré de renverser le président Adama Barrow en décembre prochain, date de la fin de son mandat de trois ans conformément à ses promesses.

Un groupe de militants de la société civile se réclamant du mouvement « Three Years Jotna » s’est engagé à descendre dans les rues pour forcer le président Barrow à respecter sa promesse électorale de 2016.

Barrow avait fait campagne en tant que candidat à la présidence, à la tête d’une coalition de partis d’opposition, promettant de quitter le pouvoir au terme d’une transition de trois ans, afin de préparer le terrain pour l’élection du prochain président du pays.

Cependant, il semble revenir sur cette promesse et un mouvement déjà mis sur pied pour faire pression sur lui pour qu’il respecte sa parole menace de réagir.

L’intention de Barrow de briguer un mandat complet de cinq ans est conforme à la constitution et ce qui reste de la coalition qui l’a mené à la victoire à la présidentielle contre Yahya Jammeh, dont la volteface dramatique après avoir concédé la défaite par les urnes avait plongé le pays dans une grave crise postélectorale.

Tout au long de la semaine, les personnes qui ont appelé à la radio ont mis en garde les sympathisants du mouvement « Three Years Jotna », qui s’inspire de ce qui se passe en Guinée et pourrait déboucher sur des troubles en Gambie.

« Cela fait seulement trois ans que nous sommes sortis d’une crise postélectorale et nous devrions savoir que ce qui se passe en Guinée n’est pas un exemple à suivre », a déclaré un correspondant qui avait requis l’anonymat.

Un autre interlocuteur a déclaré que même si les Guinéens s’insurgent contre Condé pour sa tentative de s’accrocher au pouvoir, la dynamique politique en Gambie est différente.



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut