International › APA

Madagascar marque le 33ème Sommet de l’Union Africaine

Madagascar a marqué au cours du 33è Sommet de l’Union africaine (UA) tenu du 9 au 10 février 2020 à Addis-Abeba, les esprits grâce aux avancées notables enregistrées par le pays, notamment en matière de lutte contre la malnutrition, sous l’impulsion de Andry Rajoelina.Le jeune président malgache, Andry Rajoelina, participait à son deuxième Sommet après son accès au pouvoir par les urnes en janvier 2019. Avec force, il a exprimé sa détermination à lutter contre la faim et la malnutrition, dans un pays où 42% des enfants de 0 à 5 ans sont en retard de croissance dû à la malnutrition infantile.  

A Madagascar, la malnutrition chronique qui touche 47,3% des enfants notamment de moins de cinq ans, est un fléau auquel le gouvernement malgache a commencé à s’attaquer afin de relever rapidement le défi de l’autosuffisance alimentaire.

Champion de la lutte contre la malnutrition

De ce fait, l’Etat malgache a établi une politique alimentaire claire et concrète, renforcée par une approche multisectorielle innovante, et détaillée par le président malgache à l’occasion de ce 33ème Sommet de l’Union Africaine.

Madagascar va ainsi créer des structures nationales, régionales et locales pour soutenir les politiques dédiées à l’amélioration de la nutrition et les habitudes alimentaires de la population. L’une des réflexions menées est également de moderniser les pratiques agricoles.

Cela induit la mise en place d’un programme d’investissement agricole et d’une rationalisation du secteur agro-alimentaire, afin d’accroître la production alimentaire locale. Un vaste programme d’implantation d’usines du Nord au Sud du pays déjà annoncé, devrait permettre la transformation de compléments alimentaires riches en protéines, en fer, en oligo-éléments avec le Moringa et la Spiruline.

Parmi les actions à déployer et à mettre en œuvre, annoncées par Andry Rajoelina, le chantier concernant l’accès à l’eau potable est sans doute le plus compliqué. Ainsi, les actions actuelles du gouvernement se concentrent-elles sur la gestion rationnelle des ressources en eau, l’amélioration de l’accessibilité et l’irrigation par des techniques innovantes des zones urbaines et rurales.

Les pays africains ont été invités à reproduire l’exemple malgache en matière de lutte contre la malnutrition. Les bailleurs de fonds, à l’image de la Banque africaine de développement (BAD) ont par ailleurs exprimé leur volonté de soutenir les initiatives malgaches.

Une sacrée réussite pourrait-on dire pour le président malgache qui a fait montre de leadership lors de cette 33è session de l’Union africaine. La BAD a ainsi attribué à Andry Rajoelina le titre du « Champion pour le combat contre la malnutrition ».

Madagascar, une fenêtre sur l’Afrique et le monde

L’assurance et le dynamisme du jeune président malgache ont à ce Sommet marqué ses homologues africains, mais également de hauts dirigeants internationaux présents à Addis-Abeba. De nombreuses hautes personnalités ont ainsi manifesté leurs intérêts pour échanger avec l’homme fort de Madagascar.

Andry Rajoelina a, au regard de la qualité des participants, dû jongler avec son agenda pour planifier plusieurs rencontres bilatérales qui devraient lui permettre de nouer des partenariats internationaux sur différentes thématiques cruciales pour la concrétisation de son plan d’émergence pour Madagascar.

Il s’est notamment entretenu avec le Directeur exécutif du FNUAP pour aborder les sujets de la santé et de la planification familiale. Des priorités du gouvernement actuel qui envisage de faire de Madagascar un pays autosuffisant sur le plan alimentaire.

L’éducation et la diplomatie économique, des points clés du plan « Émergence Madagascar » ont été présentés à des bailleurs de fonds. De vastes chantiers en cours, ont été par ailleurs discutés lors d’un échange amical entre Andry Rajoelina et Matthew Harrington, le sous-secrétaire d’Etats américain, chargé des Affaires africaines.       

Le président malgache n’a pas ménagé ses efforts pour rencontrer les partenaires internationaux qui peuvent aider au développement de la Grande île. Il a en outre eu un entretien avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, actuellement en pleine tournée africaine.

Les deux personnalités ont abordé plusieurs sujets dont l’enseignement supérieur. Un programme d’échanges universitaires est envisagé entre les deux pays pour renforcer les politiques pédagogiques des universités en vue de diversifier les filières enseignées à Madagascar.

Les deux dirigeants ont également échangé sur leurs engagements communs pour la préservation de l’environnement en générale et la reforestation en particulier. Ils ont abordé des questions telles l’énergie renouvelable, un domaine très développé au Canada que Madagascar souhaite implémenter.

La sécurité maritime et la gestion des ressources halieutiques étaient aussi au menu des sujets. A la recherche de partenaires dans ce domaine, le président malgache s’est entretenu avec le Premier ministre norvégien afin de bénéficier de l’expertise de ce pays et lutter contre la pêche illicite. La Norvège est d’ailleurs le leader mondial de l’économie bleue et de l’hydro énergie.  



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut