International › APA

Politique et société dominent la Une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce lundi commentent l’actualité nationale marquée par des faits de société et la politique.Le doyen des quotidiens privé, L’Observateur Paalga revient sur la crise au sein du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), évoquant la récente rencontre entre les protagonistes et le fondateur du parti, Blaise Compaoré, à Abidjan, la capitale ivoirienne.

«Crise au CDP: Epîtres de +Saint+ Blaise à ses apôtre», arbore ce journal qui mentionne également qu’il s’est agi d’«une médiation qui vient tout +gnagami+ (mélanger en langue nationale dioula)».

Dans la même lancée, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso, la capitale économique burkinabè, estime que «Blaise Compaoré crée plus de problèmes à son parti». 

Le Pays, autre journal privé, aborde le sujet dans sa rubrique ‘’Confidence du week-end », sous le titre : «Crise au CDP : Blaise Compaoré demande à Eddie (Kombïgo) de +rapporter+ les sanctions», publiant deux lettres adressées aux protagonistes par le fondateur du CDP. 

A ce propos, Aujourd’hui au Faso (privé) affiche: «deux épistolaires de Blaise à ses ouailles : dans la tête du fondateur du CDP». 

Le même journal aborde le 2e tour de la présidentielle en Tunisie faisant remarquer qu’«avec les données nettes claires et massives hier, en attendant les résultats officiels de l’ISIE le mercredi prochain donnaient l’iconoclaste Kaïs Saïed vainqueur à ce 2nd round de la course à la magistrature suprême, avec 77% à hauteur d’homme».

Pendant ce temps,  le quotidien national Sidwaya consacre son éditorial à la manifestation organisée samedi dernier, à Mavaré au Mali, pour exiger le départ des forces étrangères dans la sous-région.

Pour l’éditorialiste, il s’agit d’«une défiance inopportune», surtout que la manifestation «a viré à un pillage en règle du camp de la MUNISMA».

Le même journal évoque le phénomène des établissements scolaires érigés provisoirement sous la forme de hangars de fortune, mettant en exergue : «Ecoles sous paillotes à Mogtodo (85 km à l’Est de Ouagadougou): S’instruire dans la hantise». 

Le Pays, pour sa part, aborde un autre phénomène de société, notamment, les rackets des forces de l’ordre au Burkina, sous le titre : «Des solutions et recommandations pour y mettre fin».



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut