International › APA

Politique et société en vedette dans les quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce mardi traitent de l’actualité nationale, marquée par des faits de société, notamment, la crise au sein de la communauté musulmane, sans oublier la politique.Le journal privé Le Pays revient sur la crise au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), soulignant «le rôle de Blaise Compaoré en cause».

Le même quotidien privé, dans sa rubrique ‘’Mardi politique » donne la parole à René Emile Kaboré, président du Rassemblement pour un sursaut républicain (RSR), actuellement en exile en Côte d’Ivoire depuis le coup d’Etat manqué de septembre 2015.

Celui-ci, revenant sur le putsch manqué, déclare que «ce n’est certainement pas avec 50 millions de F CFA que l’on finance un coup d’Etat».

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso consacre sa manchette au 5e anniversaire du soulèvement populaire de fin octobre 2014, se demandant : «Qu’avons-nous fait de notre insurrection ?».

En vue d’avoir la réponse à sa question posée, le journal a recueilli les sentiments «de citoyens de tous bords» dont les avis sont partagés.

Pendant ce temps, le quotidien national Sidwaya revient sur le meeting de soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS), organisé samedi dernier à Ouagadougou, mentionnant qu’il s’agit du «rassemblement du +sursaut patriotique+».

La crise au sein de la communauté musulmane, suite à une question de succession, fait également, les choux gras des quotidiens burkinabè.

Ainsi, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (la capitale économique burkinabè), renseigne à travers sa Une: «Communauté musulmane du Burkina Faso : El Hadj Oumar Kouanda dirige la transition».

De son côté, Le Pays rapporte que les membres de la Communauté musulmane du Burkina Faso, avec à leur tête le président, El Hadj Abdoul Rasmané Sana, ont animé, hier lundi, une conférence de presse à Ouagadougou au cours de laquelle les conférenciers ont apporté des éclaircissements concernant des mouvements d’humeur observés en leur sein.

Le confrère met en exergue les propos de l’actuel président de la Communauté, Rasmané Sana déchu lors d’une rencontre à Bobo-Dioulasso, mais qui indique : «je demeure à mon poste jusqu’à la fin de mon mandat».

Aujourd’hui au Faso arbore : «Communauté musulmane du Burkina : Abdramane Sana déchu à Bobo, Oumarou Kouanda président transitoire».

Au même moment, Le Quotidien fait remarquer «la grande colère de Aboul Rasmané Sana», avant de se poser cette question : «la communauté au bord du précipice ?».



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut