Politique › Partis politiques

Lomé : le G7 appelle à un nouveau dialogue inter-togolais

G7

Le groupe des sept Organisations de la Société Civile togolaise, encore connu sous le nom de G7 a présenté jeudi 29 août 2019 un document d’analyse sur le 27e dialogue intertogolais et la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO.

Un document élaboré avec l’appui de la Fondation Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) dans le cadre du « Projet vulgarisation et renfoncement des capacités des membres du G7 et suivi de la mise en œuvre de la feuille de route pour une sortie de crise sociopolitique togolaise ».

Dans ce document de 78 pages, les sujets ont porté entre autres sur les causes lointaines (historiques) et immédiates de la crise sociopolitique togolaise ainsi que leurs manifestations. Pour le G7, le dialogue politique intertogolais recommandé par la CEDEAO pour une résolution consensuelle de la crise sociopolitique « n’a manifestement pas permis de trouver un consensus autour des grands enjeux et défis de gouvernance politique, économique et du développement socio-économique auxquels est confronté le Togo depuis son accession à la souveraineté internationale ».

« Il n’a pas non plus permis de rénover le cadre électoral et faire des réformes institutionnelles d’envergure pouvant permettre d’envisager le future d’un Togo meilleur en termes de transparence dans la gestion de la chose publique », a indiqué Douti Michel, Consultant du G7.

Dans le cadre de sa mission de vieille et d’éveil, le G7 a formulé des recommandations à l’endroit des acteurs politiques togolais.

Le regroupement recommande au gouvernement une poursuite et un renforcement des mesures d’apaisement et la restauration de la confiance entre les acteurs politiques en procédant à la libération de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations politiques. Le G7 demande également au gouvernement de décrisper l’atmosphère et l’espace politiques en garantissant l’exercice des droits constitutionnels de manifestations pacifiques, et de prendre des mesures pour faciliter la refonte du fichier électoral.

L’organisation exhorte la société civile togolaise à entreprendre un plaidoyer dans le sens d’un règlement consensuel de la question du fichier électoral, notamment la mise en œuvre d’un programme de délivrance de carte d’identité nationale à tous les Togolais et d’entreprendre un plaidoyer pour un dialogue politique entre Togolais, pour les Togolais et par les Togolais.

A la classe politique, le G7 demande d’accepter sans condition, un dialogue politique inclusif (réunissant toutes les forces vives du pays).

Pour finir, le regroupement demande également à la CEDEAO de faire un travail de veille de proximité afin de garantir la non-modification ultérieure de la constitution pour des mobiles politiciennes.

Il faut rappeler que le G7 est composé du WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP-Togo et SADD.

Source : www.icilome.com

 



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut