International › APA

A la Une, les protestations de Nouakchott auprès de Bamako

Les incidents sécuritaires entre le Mali et la Mauritanie et la célébration de la journée internationale des droits de la femme sont les principaux sujets traités dans les médias africains visités mercredi à APA.« Mauritanie-Mali: la fièvre monte à la frontière! », titre Wakatsera. « Trois incidents sécuritaires en deux mois qui ont causé la disparition de plusieurs éleveurs mauritaniens à la frontière malienne, ont fait sortir les autorités de Nouakchott de leurs réserves. L’ire des gouvernants mauritaniens a enflé avec le silence de Bamako, dont les maîtres ne répondraient même pas aux appels téléphoniques de leurs voisins. Pourtant, ces crimes qui se sont succédé en l’espace de 60 jours, mettent en cause les militaires maliens en opération à la frontière partagée par les deux pays. Faux, rétorque les autorités maliennes qui soutiennent que l’armée du Mali n’a rien à voir dans ce phénomène rocambolesque de citoyens mauritaniens qui disparaissent comme par enchantement dans la nature », explique le quotidien burkinabè.

En revanche, Sahara Média revient sur le « sit-in (organisé) devant le ministère de l’Intérieur pour dénoncer les agressions de l’armée malienne ». « Cette manifestation intervient après la disparition en terre malienne d’un groupe de mauritaniens à propos de laquelle différentes informations ont circulé à propos de leur nombre et de leur sort », selon le site mauritanien.

Sur la guerre Ukraine-Russie, « les Occidentaux cherchent le soutien de l’Afrique du Sud », rapporte Jeune Afrique, notant que « Depuis que Pretoria a refusé de condamner l’invasion russe en Ukraine, les chancelleries occidentales s’activent, plus ou moins publiquement, pour faire pression sur le gouvernement sud-africain ».

La Tribune Afrique souligne de son côté que « la guerre en Ukraine s’invite sur les stands africains du Salon de l’agriculture de Paris », du 26 février au 6 mars 2022. Notant que « la situation géopolitique a de quoi inquiéter éleveurs et agriculteurs africains », le journal basé au Maroc indique que « la guerre russo-ukrainienne s’est accompagnée d’une envolée des cours des céréales qui, d’avis d’experts, pourrait provoquer une hausse de 30 % du prix du blé en cas de blocage des exportations russes. L’Ukraine et la Russie concentrent actuellement un quart du marché mondial du blé et à ce jour, 30 % du blé importé en Afrique vient de Russie. L’Egypte est en première ligne, car 70 % de son blé provient de Russie et 20 % d’Ukraine. Le Soudan qui consomme 2,4 tonnes de blé par an (dont seulement 15 % sont assurés par la production locale) est, lui aussi, classé parmi leurs principaux importateurs africains ».

Au Sénégal, plusieurs journaux ont titré sur la célébration de la journée internationale du 8 mars, dédiée aux droits de la femme. « Les femmes, sous tous les tons », constate Sud Quotidien, revenant sur « une célébration entre fête et doléances ».

« Les femmes donnent de la voix », selon Le Soleil, notant que cette journée dédiée à leurs droits a été l’occasion pour elles de dénoncer, un peu partout dans le pays, certains maux auxquels elles font face. Il s’agit entre autres de la violence basée sur le genre, le respect de leurs droits et l’autonomisation, liste le quotidien national sénégalais.

Au Mali, où les femmes représentent plus de la moitié de la population malienne, la journée a aussi été célébrée. Interrogé par le quotidien L’Essor, Ibrahim Ikassa Maïga, ministre de la Refondation de l’Etat, a indiqué que « la refondation (du pays) se fera nécessairement avec les femmes ».

« Ce que nous attendons des femmes, c’est leur implication, leur engagement, leur savoir-faire et savoir-être, leur soutien.  Ainsi, les conditions optimales doivent être créées pour renforcer la promotion du genre et des couches défavorisées et victimes de discriminations de tous ordres fondées sur le sexe, le handicap, l’âge, le niveau d’instruction ou d’expérience, etc. Promouvoir ces couches sociales, c’est impacter positivement le développement de la société toute entière », a-t-il souligné.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut