International › APA

Afrique du Sud : décès de George Bizos, l’avocat blanc de Mandela

L’avocat sud-africain George Bizos, rendu célèbre pour avoir plaidé pour Nelson Mandela durant l’apartheid, est décédé mercredi à l’âge de 92 ans.Les Sud-africains et les militants des droits de l’homme se sont réveillés dans l’émoi et la nostalgie à l’annonce de cette nouvelle qui a parcouru le monde. George Bizos venait de rejoindre son ami Mandela qui l’a précédé il y a un peu moins de sept ans à l’au-delà.

D’origine grecque, l’avocat blanc débarquait en Afrique du Sud avec son père à l’âge de 13 ans. Ils avaient fui leur pays à cause de l’occupation nazie sous la Seconde guerre mondiale.

Etudiant en droit, il rencontre Nelson Mandela sur les bancs de la faculté de droit à Johannesburg dans les années 1950. Il exerce par la suite la profession d’avocat comme son futur client, surnommé père de la Nation Arc-en-ciel.

Lors du procès de Rivonia, tenu entre 1963 et 1964, il rejoint l’équipe d’avocats de ce dernier qui échappe de justesse à la peine de mort. Le gouvernement avait fait adopter un an auparavant par le Parlement la loi sur le sabotage pour combattre l’opposition noire. Elle prévoyait ainsi la peine de mort pour tout acte de sabotage, même pour des destructions mineures.

George Bizos est crédité de la stratégie payante adoptée par Mandela qui avait prononcé à la barre une plaidoirie en forme de profession de foi restée célèbre.

« J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes chances », avait lancé le patron de la branche armée de l’ANC. « C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et agir. Mais, si besoin est, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ».

L’avocat avait conseillé à son client d’ajouter « si besoin est », pour éviter que le régime ne voie dans ses propos une incitation à devenir un martyr et le condamne à mort, relève l’AFP.

La plupart des accusés seront, à la surprise générale, condamnés à la prison à vie à l’image de Mandela. Bizos continuera à le défendre pendant ses 27 années derrière les barreaux, jusqu’à devenir un de ses plus proches amis.

Lors de la chute du régime de l’apartheid, George Bizos continue à jouer un rôle important en participant à la rédaction de la Constitution. Il prendra également part à l’élaboration de la Commission vérité et réconciliation, et deviendra l’avocat de familles de victimes, comme Steve Biko ou Chris Hani.

En 2012, il est scandalisé par le massacre de 34 mineurs à Marikana. À 84 ans, il reprend alors le chemin des tribunaux pour plaider la cause des 34 mineurs abattus par la police sud-africaine.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a dès l’annonce de sa mort salué la mémoire « d’un des avocats qui a énormément contribué à l’accomplissement de notre démocratie ».


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut