International › APA

Côte d’Ivoire: les journaux partisans exhortés à se départir du « griotisme »

Les journaux partisans, généralement arrimés aux partis politiques, doivent se départir du « griotisme », qui constitue une faiblesse de positionnement, selon Dr Amidou Touré, spécialiste en analyse du discours médiatique.

« Il faut se départir du griotisme. Le journaliste doit éviter d’emboucher la trompette des manières de faire, des manières de dire du griot », a dit Dr Amidou Touré, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Dr Amidou Touré s’exprimait à l’occasion de la 12e session de la « Quinzaine du Numérique » autour du thème: « Notre Voie, Le Patriote et Le Nouveau Réveil: Forces et faiblesses des principaux journaux proches de partis politiques en Côte d’Ivoire ».

La Quinzaine du numérique est une tribune, organisée via le groupe WhatsApp Univers Numérique du Réseau des professionnels de la presse en ligne en Côte d’Ivoire (REPPRELCI), la faîtière de la presse numérique ivoirienne.

« Les journaux partisans se contentent de faire du griotisme c’est-à-dire chanter uniquement les louanges de leur parti politique », constate Dr Amidou Touré,  qui conseille qu’ils doivent « résolument s’inscrire dans un journalisme d’information et non de communication ».

Pour lui, « si ces journaux participent à la vitalité de l’espace politico-médiatique, il n’en demeure pas moins que ce positionnement est une réelle faiblesse » qui peut se répercuter sur la rentabilité, parce qu’occultant une frange de la population. 

Toutefois, fait-il observer, que les journaux pro-partis politiques sont des journaux d’opinion qui défendent les thèses de partis politiques, à l’instar de Notre Voie (FPI), Le Patriote (RHDP) et Le Nouveau Réveil (PDCI), trois organes qui représentent les trois grandes forces politiques ivoiriennes.

Fortement arrimée au politique, la presse partisane en Côte d’Ivoire est à l’image du champ politique. Dans ce contexte, « une typologie de cette presse parle de presse bleue et presse verte », des journaux qui sont « les caisses de résonance des partis politiques dont ils défendent les thèses ».

« Ces journalistes sont-ils prêts à prendre leur indépendance ? Sont-ils capables de vivre sans l’argent que le politique injecte dans le titre ? J’en doute fort », lance Dr Touré pour qui « les journalistes sont à la fois captifs de leurs électeurs/lectorat ». 

Par conséquent, ces journaux ne se vendent plus bien, d’où « c’est au journaliste d’imposer au lecteur un contenu attrayant en tenant compte des règles éthique et déontologie du métier », soutient l’expert.

Sous le parti unique, en Côte d’Ivoire, la parole était compressée. Et, à cette époque l' »on ne parlait politique que dans l’espace privé : domicile, maquis transformés en forum politique ». Mais, avec le multipartisme (30 avril 1990) la presse privée va devenir le fer de lance de l’expression des opinions de l’opposition.

Les colonnes de cette presse vont permettre la diffusion des messages de l’opposition, rappelle le conférencier,  soulignant que c’est dans ce contexte de la libération de la parole publique que naissent les journaux  La Voie (Notre Voie), Le Patriote et Le Nouveau Réveil.

Cette période, qualifiée de printemps de la presse, a consacré une floraison de titres sur le marché. Ces journaux sont à la base de l’émergence des espaces de discussion appelés « Parlement, Agora et grins », où sont débattus les titres, la « titrologie ». 

Cependant, des journaux avaient le courage de la vérité; et « pour avoir osé des journalistes ont été emprisonnés: Hamed Bakayoko, Freedom Neruda, Abdourahmane Sangaré, Souleymane. T. Senn », a rappelé Dr Amidou Touré.

« Ces journalistes avaient la passion du métier, habités par le vent nouveau de la démocratie bien que les commodités n’y étaient pas », a-t-il commenté,  avant d’ajouter qu' »ils voulaient participer à la naissance de la société ivoirienne démocratique ou du moins au processus de démocratisation du pays ».

D’enseignant de lycée, Amidou Touré est  aujourd’hui Docteur et enseignant à l’Université Félix Houphouët-Boigny (publique), la plus grande du pays. Il fut professeur de lycée (Lettres Modernes) et ex-correspondant Régional de Fraternité Matin (le journal de service public)  à Gagnoa (Centre-Ouest ivoirien). 

Ses recherches doctorales ont porté sur le sujet suivant : Double dialogisme et manipulation dans la presse écrite ivoirienne lors de la campagne du second tour de l’élection présidentielle en 2010. Ses axes de recherche portent sur la problématique des enjeux du pouvoir entre champ politique et médiatique.

Créé en 2006, le REPPRELCI regroupe les acteurs de la presse numérique en Côte d’Ivoire. Cette faitière des médias numériques ivoiriens s’est donnée pour mission d’organiser, structurer et de promouvoir l’écosystème de la presse numérique en Côte d’Ivoire.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut