International › APA

Développement, culture et social au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce jeudi s’intéressent aux enjeux du nouveau modèle de développement, la reprise de l’activité culturelle, la fuite des cerveaux et le recul du taux de pauvreté.+Aujourd’hui Le Maroc+ écrit que le nouveau modèle de développement arrive alors que les attentes sont immenses, soutenant que le Royaume est aujourd’hui au début d’une nouvelle phase où les défis sont considérables.

La réunion tenue entre la présidence de la Commission spéciale sur le nouveau modèle avec les partis politiques représentés au Parlement montre comment les responsables sont conscients des enjeux, poursuit le journal, notant que les réflexions sur un pacte national de développement vont servir pour la concrétisation des propositions du nouveau modèle.

« C’est un chantier gigantesque qui se profile pour tous les Marocains », souligne le journal, appelant à impliquer un maximum de parties dans le cadre d’une démarche participative.

Abordant la reprise de l’activité culturelle, +L’Opinion+ souligne que la levée de l’état d’urgence sanitaire annoncée pour les prochains jours, avec les mesures d’assouplissement qui l’accompagnent annoncent le retour du printemps de la culture.

L’imminente réouverture des salles de cinéma, des théâtres, des musées, même de façon limitée et encadrée, devrait donner un peu de vie à un secteur sinistré, poursuit le quotidien, faisant savoir que la reprise ne sera en fait réelle qu’après un retour à la vie normale.

« Dans la foulée, le retour du salon du livre, des signatures et des débats, participeront de cette renaissance et feront sortir la culture de cette mort artificielle que lui fait subir la pandémie », fait-il remarquer.

+Assabah+ relève que l’hémorragie de la fuite des cerveaux se poursuit. En effet, le phénomène prend de plus en plus d’ampleur dans le système de santé. En deux ans, pas moins de 7.000 médecins ont quitté le pays vers d’autres contrées plus clémentes. Ce qui représente 30% du nombre des lauréats des facultés de médecine et de pharmacie dans le Royaume, estime un rapport du groupe de travail thématique sur le système de santé à la Chambre des représentants. Ce nombre n’était que de 603 médecins en 2018, ajoute ce rapport publié par le quotidien.

Ces départs à l’étranger s’effectuent soit « en raison de la migration à l’étranger soit d’une démission de la Fonction publique ». Ce qui provoque un déficit structurel au niveau des ressources humaines médicales et paramédicales, fait remarquer le rapport qui tire la sonnette d’alarme. Alors que le Maroc a besoin de 32.522 médecins et environ 65.000 infirmiers et techniciens de santé, ce qui donne environ 97.000 cadres pour répondre aux besoins des populations dans les différentes régions du pays.

+Bayane Al Yaoum+ se fait l’écho d’une étude réalisée par l’Observatoire national du développement humain (ONDH) selon laquelle le taux de pauvreté absolue a nettement reculé depuis 2001 pour ne représenter que 1,2% en 2019, dans un contexte d’amélioration globale du niveau de vie des Marocains, en particulier en milieu urbain.

Pour sa part, le taux de pauvreté relative a enregistré une baisse entre 2001 et 2019, puisqu’il est passé de 20,4% à 17,7%, fait savoir l’ONDH dans cette étude sur « la dynamique de la pauvreté au Maroc ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut