International › APA

Divers sujets au menu des quotidiens marocains

La fête de l’Indépendance, le débat sur les dispositions fiscales prévues par le projet de loi de finances pour 2023 et la fiscalité des avocats sont les principaux sujets traités par les éditorialistes des quotidiens de ce vendredi.+L’Opinion+ écrit que le peuple marocain célèbre vendredi le 67ème anniversaire de la fête de l’indépendance qui marque l’affranchissement du Royaume de la tutelle d’une colonisation française maquillée en protectorat, notant que des milliers de Marocains avaient sacrifié leurs vies et versé leur sang pour que cette indépendance soit arrachée aux griffes et aux convoitises de l’occupation.

Et c’est en quelque sorte leur mémoire qui est honorée à l’occasion de la fête de l’indépendance, une mémoire qui est restée vivace parmi toutes les générations marocaines nées avant et après l’indépendance, et qui devra le rester pour celles qui suivront dans un futur proche ou lointain, relève l’éditorialiste.

Mais si les combats d’antan étaient livrés contre l’occupant et ses forces de répression, ceux d’aujourd’hui et de demain le sont et le seront pour la préservation de la souveraineté et de l’unité de notre pays, en proie, comme le reste de la planète, à de violents soubresauts économiques, politiques et géostratégiques, estime-t-il.

Et dans cette lutte toujours d’actualité, tous les Marocains, quel que soit leur rang ou leur niveau d’implication dans la vie sociale, économique, culturelle, scientifique ou politique, sont appelés à tenir leurs positions et contribuer, autant que faire se peut, à cet objectif primordial qu’est le développement socioéconomique de notre pays, ajoute-t-il.

+Aujourd’hui le Maroc+ critique l’attitude de certains professionnels libéraux qui sont montés au créneau pour protester contre la disposition relative à la retenue à la source sur leurs honoraires prévue par le projet de loi de finances pour 2023, actuellement débattu au parlement.

La publication dénonce le « déséquilibre injuste » entre les revenus salariaux, déjà assujettis au principe de la retenue à la source et qui génèrent entre 70 et 80% du volume global annuel de l’IR, et les autres catégories de revenus, notamment professionnels, fonciers et agricoles, qui ne couvrent que les 30 % qui restent, et qui sont payés sur une base déclarative.

Le comble est que les professionnels libéraux, dont certains sont montés au créneau pour dénoncer la disposition proposée, se trouvent être le plus souvent des employeurs et que, chaque mois au moment de servir les salaires à leurs employés et collaborateurs, ils procèdent eux-mêmes à la collecte de l’IR en retenant à la source des montants à reverser à l’État, relève-t-il, se demandant en quoi cette retenue à la source porterait préjudice s’ils s’engagent à payer ce qu’ils doivent réellement jusqu’au dernier centime.

“Une retenue à la source ne serait alors qu’un acompte qui ne changerait rien à la donne si les déclarations étaient sincères”, souligne -t-il.

D’un autre côté, si les professionnels libéraux vont désormais bénéficier de la couverture médicale et de la retraite dans le cadre de la généralisation de la protection sociale, en contrepartie ils doivent au moins fournir un effort, ne serait-ce que de transparence, soutient-il.

+Le Matin+ rapporte que le nouvel accord entre le gouvernement et les représentants de l’Association des barreaux du Maroc (ABAM) ne fait pas l’unanimité au sein de la profession. La grève des robes noires reste de mise, notamment à Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Fès, Oujda, Tétouan, Khouribga, Settat et Béni Mellal. Pour certains avocats contestataires, l’ABAM n’aurait pas une bonne maîtrise du dossier fiscal qu’elle discute avec le gouvernement.

L’Association des barreaux du Maroc (ABAM) a annoncé mardi dans un communiqué la reprise du travail dans tous les tribunaux du Royaume à partir du mercredi 16 novembre. Et ce après avoir obtenu un accord sur les dispositions du PLF 2023 relatives à la fiscalité des avocats, lors d’une réunion tenue avec le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, et le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi. Dans ce communiqué, l’ABAM annonce qu’elle est parvenue à «un consensus avec le gouvernement sur le dossier fiscal», en attendant «la création d’une commission mixte pour passer en revue le reste des éléments du dossier fiscal», rappelle le quotidien.

Après l’annonce de ce nouvel accord par l’ABAM, l’appel à la suspension de la grève n’a pas été suivi par tous les barreaux. C’est le cas notamment de ceux de Rabat et de Casablanca qui, par des communiqués datés du 16 novembre, ont appelé à maintenir la grève.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut