International › APA

Education et politique au menu des quotidiens marocains

La réforme de l’école publique, la participation du Maroc au Forum économique de Davos et les enjeux du transfert du siège permanent de l’Institut panafricain pour le développement de Genève à Dakhla sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mardi.

+L’Economiste+, qui s’attarde sur la réforme de l’école publique, écrit que sur le papier, tout le monde est d’accord sur ce qu’il faut faire, mais sur le terrain, c’est une autre réalité.

Quelques éclaircies apparaissent cependant, comme c’est le cas de l’accord sur le nouveau statut unifié de l’Education nationale qui vient d’être signé entre le gouvernement et les centrales syndicales, avec comme objectif de baliser le terrain pour la mise en œuvre de la fameuse feuille de route pour une école publique de qualité, relève l’éditorialiste.

Au même titre que les investissements et la création de richesse, l’éducation et la formation sont des ingrédients incontournables de la relance, mais l’école marocaine continue à enfiler des contre-performances accablantes à tous les étages, constate l’éditorialiste.

Aujourd’hui, c’est un projet de rupture nette dont a besoin l’école et non de pansements et de plâtre, soutient-il, notant que le travail sera très long, car « il faudra tout reprendre » et “arrêter de réformer, encore une fois, les réformes”, sinon, “on se retrouvera à la case départ pour une autre tentative dans 10 ans, peut-être”.

+L’Opinion+, qui aborde la participation du Maroc au 53e Forum économique de Davos, qui se tient 16 au 20 janvier, note que l’objectif affiché de cette grande messe de la globalisation est de définir l’agenda de l’année sur la manière dont les grands détenteurs de fonds et les gouvernements peuvent améliorer l’état du monde, sur fond d’une ère turbulente de faible croissance et de conflits géopolitiques.

Mais, touché de plein fouet par les goulots d’étranglement persistants dus à la pandémie et à la guerre économique, au point d’atteindre des niveaux historiquement élevés de dette publique, le Maroc n’attend pas grand-chose de cet évènement, tant que les dirigeants réunis dans la neige des Grisons ne s’engagent pas dans de nouvelles options de soutien à vocation structurelle en faveur des pays à faible revenu, estime le journal.

Si les défis majeurs des Etats africains, dont le Maroc, sont la dette et la cherté de la vie, comme en témoigne d’ailleurs le dernier rapport du WEF, les organismes financiers qui font partie des “guest-stars” de Davos devraient proposer des solutions techniques et des formules de financement appropriées à ces pays, qui, à leur tour, devraient engager des réformes structurantes ayant vocation à améliorer leur performance économique, estime-t-il.

Après tout, l’Afrique mérite bien un traitement spécial, vu son potentiel de devenir grenier du monde, mais, sous condition de soutenir et libérer son potentiel économique et agricole, ajoute-t-il.

Abordant les enjeux du transfert par l’Institut panafricain pour le développement de son siège permanent de Genève à Dakhla, +Assahra+ écrit que ce transfert est d’une grande importance, étant donné que le nouveau siège deviendra la plateforme institutionnelle centrale de la prise de décision dans la conduite des actions de l’Institut dans le continent africain et la mise en œuvre de ses stratégies de développement socio-économique en faveur des populations africaines.

Selon le secrétaire général de cet Institut, cette démarche revêt une double importance, puisqu’il s’agit de transférer le siège d’une organisation panafricaine de l’Europe vers l’Afrique et que l’établissement de ce siège permanent se fait à Dakhla, car “le Maroc joue un rôle très important dans la coopération Sud-Sud”, écrit le quotidien.

Ces déclarations qui expliquent l’importance de ce transfert sont « réjouissantes », car elles apprécient la philosophie royale et l’orientation du Maroc vers sa dimension africaine, ainsi que les progrès que le Royaume réalise au troisième millénaire, ajoute-t-il.

Dakhla est une ville marocaine et africaine qui a acquis un caractère mondial, estime-t-il, ajoutant que cette ville poursuivra son ascension pour devenir un véritable trait d’union entre le continent africain et les autres pays du monde.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut