International › APA

Gbagbo annonce une mission de son parti à Ouaga, Bamako et Conakry

L’ex-chef d’Etat qui veut cerner la crise dans ces pays et apporter sa contribution pour un dénouement, a appelé Assimi Goïta à « penser à la fraternité d’arme » en vue de la libération des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali.« Nous ici au PPA-C, dans les mois prochains, (nous allons) envoyer une ou trois délégations en Guinée, au Burkina et à Bamako pour s’informer et nous informer sur place », a dit Gbagbo dans un discours à l’occasion de la célébration de l’an 1 de son parti.

« Comme nous n’avons pas les manettes de l’exécutif, on ne peut rien faire d’autre, mais au moins on comprendra ceux qui disent qu’ils sont mercenaires et ceux qui disent qu’ils sont soldats », a-t-il ajouté en allusion aux 46 militaires ivoiriens détenus au Mali.

Il a fait observer que ces trois pays de la Cedeao, le Burkina Faso, le Mali et la Guinée qui sont en proie à des coups d’Etat, l’on devrait s’interroger de savoir « pourquoi nous francophones nous sommes sujets aux coups d’Etat ? ».

Pour lui, « rien n’arrive sans explication ; l’explication, on l’a ou on ne l’a pas, mais elle existe. Les coups d’Etat militaires existent, mais il y a aussi les coups d’Etat civil ; (et) des coups d’Etat militaires sont souvent des réponses aux coups d’Etat civils ».  

« Il faut demander à Assimi Goïta de penser à sa fraternité d’arme avec ceux qui sont en prison que certains appellent des soldats, que d’autres appellent des mercenaires », a-t-il lancé en allusion aux 46 soldats ivoiriens détenus au Mali.

L’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, a estimé que le président togolais, Faure Gnassingbé, qui a accepté d’être médiateur entre Abidjan et Bamako doit « redoubler d’efforts » et comprendre que « c’est celui qui envoie qui a la plus grande responsabilité ».

Suite à l’arrestation de 49 militaires ivoiriens le 10 juillet 2022 à Bamako, la justice malienne les a inculpés le 15 août 2022 pour tentatives d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Après des négociations, trois soldates ivoiriennes ont été libérées et ont regagné Abidjan le 3 septembre 2022.

Le 9 septembre 2022, alors que Abidjan s’entendait à la libération prochaine des 46 autres soldats, dont l’arrestation était considérée par le Mali comme une affaire judiciaire, les autorités maliennes ont demandé en contrepartie de la libération de ces 46 militaires des extraditions.  

Bamako a demandé que l’Etat de Côte d’Ivoire extrade vers le Mali des personnalités qui selon les nouveaux dirigeants maliens bénéficient de la protection de la Côte d’Ivoire pour déstabiliser le Mali, révèle une déclaration du Conseil national de sécurité.

Pour Abidjan, cette demande confirme une fois de plus le fait que ses soldats « ne sont en aucun cas des mercenaires mais plutôt des otages ». Le Conseil national de sécurité considère ce « chantage inacceptable et exige la libération sans délai » des 46 soldats détenus.

Le Conseil national de sécurité a insisté que les opposants politiques étrangers vivant en Côte d’Ivoire sont tenus, selon les dispositions légales ivoiriennes, d’« observer en toute circonstance un  devoir de réserve absolu concernant les affaires intérieures de leur pays d’origine ».

Sur les 49 militaires ivoiriens arrêtés le 10 juillet 2022 à Bamako, trois soldates ont été libérées pour raison « humanitaire ». La Côte d’Ivoire soutient que ces soldats ont tous été déployés au Mali en qualité de 8e détachement de l’élément de soutien national au sein de la Minusma. 


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut