International › APA

La COP27 démarre ses travaux dimanche à Sharm El-Sheikh en Egypte

La 27ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP 27) va démarrer ses travaux dimanche à Sharm El-Sheikh, en Egypte, dans un contexte marqué par les catastrophes climatiques et menacé par un réchauffement catastrophique.Plus de 120 chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus lundi et mardi pour ce sommet, selon les organisateurs, dans un contexte de crises multiples et liées: guerre en Ukraine, tensions inflationnistes et spectre de récession mondiale, crises énergétique, alimentaire et de la biodiversité…

Cet événement intervient également à un moment où les conflits politiques et sécuritaires et les crises sanitaires et économiques secouent le monde, ce qui fait perdre du terrain au changement climatique sur l’échelle des priorités et réduit l’inquiétude internationale sur cette question ainsi que l’intérêt pour les questions environnementales en général.

En effet, une étude de l’institut américain Gallup, dont les résultats ont été publiés la semaine dernière, montre un recul des inquiétudes internationales quant au changement climatique, tout en mettant en garde contre l’aggravation de la facture environnementale de ce phénomène à l’échelle mondiale.

Selon cette étude, qui porte sur 228 Etats, quelque 750 millions de personnes à travers le monde sont affectées actuellement par le manque en denrées alimentaires et la hausse des taux d’inflation, des problèmes qui devancent les changements climatiques.

Le sommet de Sharm El-Sheikh constitue une autre occasion pour les pays en développement de faire pression afin que les grandes puissances tiennent leurs engagements pris lors des précédentes éditions de la COP, notamment l’Accord de Paris sur le climat signé en 2015 et l’Accord de Copenhague en 2009, lorsque les signataires se sont engagés à débourser des milliards de dollars pour aider les pays pauvres à faire face aux effets du changement climatique.

Les rapports alarmants se sont multipliés depuis la COP26 à Glasgow, quand près de 200 pays s’étaient solennellement engagés à « maintenir en vie » l’objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris, traité fondamental conclu en 2015. A savoir contenir le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, période où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) qui émettent les gaz à effet de serre responsables du réchauffement.

Mais depuis, 24 pays seulement ont relevé leurs engagements et l’ONU ne voit « aucune piste crédible » pour tenir cet objectif.

Même si tous les pays tenaient leurs promesses, ce qui n’est jamais arrivé, le monde serait sur une trajectoire de réchauffement de 2,4°C d’ici la fin du siècle.

Dans un communiqué de presse précédant le coup d’envoi de la COP 27, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres a indiqué que les dirigeants du monde entier ont l’occasion de prouver, à travers leur présence et participation efficiente à ce rendez-vous mondial, que l’action climatique constitue bel et bien une priorité mondiale de premier ordre.

La COP 27 est le lieu adéquat pour tous les pays, sous la direction du groupe des Vingt, afin de montrer leur adhésion et leur solidarité dans cette bataille, a-t-il ajouté, notant qu’un grand travail reste à faire, à la hauteur des impacts du climat à travers le monde.

« Il s’agit pour nous d’une question de vie ou de mort, pour notre sécurité aujourd’hui et pour notre survie demain », a insisté le SG de l’ONU, estimant que ce n’est pas le moment d’échanger les accusations ou de rester les bras croisés.

Tout au long de 11 jours de séances officielles, de conférences-débats et de forums, les participants examineront les moyens d’aller des négociations et de la planification vers la mise en œuvre effective de tous les engagements et promesses tenus lors des précédents sommets climatiques.

La COP 27 abordera notamment les questions du financement, de l’eau, de l’énergie, des jeunes, des femmes, de l’agriculture, de la neutralité carbone, de la biodiversité et de la sécurité alimentaire.

La discussion des moyens de mobilisation de l’action, l’examen des effets du changement climatique en Afrique, la mise en place de visions pour faire face à ces défis à travers la science et le financement figurent également parmi les axes de cette Conférence.

Selon l’ONU, les négociations porteront aussi sur des discussions techniques, afin de déterminer une méthode opérationnelle de mesure des émissions de gaz à effet de serre, de manière à garantir l’égalité de tous, en plus de jeter les bases de la première évaluation mondiale prévue lors de la COP 28, qui se tiendra l’année prochaine aux Emirats Arabes Unis dans le but de faire le point de l’avancée collective sur les plans de l’atténuation et de l’adaptation ainsi que dans la mise en oeuvre de l’Accord de Paris.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut