International › APA

« La Minusma, pas un prétexte pour une présence française au Mali » (expert)

Séga Diarrah, journaliste et politologue malien, décrypte pour APA le renouvellement du mandat de la Minusma, l’adoption de la loi électorale et ses éventuelles répercussions sur le bras de fer avec la Cédéao.Le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a été prolongé d’une année. Le Mali a émis des réserves comme la liberté d’enquêter sur les violations des droits humains. Comment analysez-vous la situation ?

Entre les autorités de la transition malienne et la communauté internationale, une défiance s’est instaurée depuis le coup de force de mai 2021 ayant mis un terme à la transition entamée après le coup d’Etat d’août 2020 contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Bamako veut définitivement tourner le dos à la solution franco-onusienne de résolution de la crise sécuritaire au profit d’un partenariat avec la Russie. Le départ de la mission de l’Organisation des nations unies (Onu) du Mali serait la dernière étape de ce processus.

Sauf que la France, soutenue par la communauté internationale, après dix années de présence dans le Sahel à travers l’opération Serval puis Barkhane, n’envisage pas la fin de cette manière.

Dans ce contexte, le Conseil de sécurité de l’Onu devient un espace d’influence. Les autorités maliennes invoquent leur souveraineté et souhaitent créer des restrictions de mouvement à la Minusma qui s’intéresse de plus en plus aux activités de l’armée malienne et des instructeurs russes.

Finalement, le Conseil de sécurité a compris les enjeux pour bien trancher. Même si la Minusma est libre de ses mouvements au Mali afin de pouvoir enquêter sur les éventuelles violations du droit humanitaire, elle ne sera pas un prétexte pour maintenir une présence militaire française quelconque sur le sol malien.

 

Une nouvelle loi électorale a récemment été votée au Mali et l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE) créée. Pour certains observateurs, c’est un nouveau pas vers la transmission du pouvoir aux civils. Etes-vous de cet avis ?

Non ! Je ne pense pas que cette loi fournit suffisamment de garanties pour un retour à l’ordre constitutionnel. L’adoption de la nouvelle loi électorale le 17 juin dernier et sa promulgation une semaine après répondent à une volonté opportuniste. Avant tout, il s’agit d’arriver à la réunion de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) du 3 juillet prochain avec des avancées pour espérer une levée des sanctions.

En outre, la nouvelle loi électorale est très différente du projet de loi déposé par le gouvernement et qui se rapprochait plus des aspirations de la population. Dorénavant, la junte aura la mainmise sur le processus électoral et les militaires pourront participer à l’élection présidentielle.

 

Peut-on percevoir la nouvelle loi électorale comme un moyen pour les militaires de se maintenir au pouvoir ? Si oui, est-ce que cela ne sera pas à l’origine de nouvelles tensions entre Bamako et la Cédéao ?

Cette loi électorale viole la charte de la transition adoptée en octobre 2020 et révisée en février 2022 avec l’assentiment de l’ensemble des acteurs maliens et de la Cédéao. Cependant, l’organisation régionale ne peut pas à interférer dans les lois d’un pays souverain. Par contre, la Cédéao peut exiger le respect de la charte de la transition.

L’article 155 de la nouvelle loi électorale encourage clairement les candidatures militaires. Le Mali est un pays en crise. Pendant les dix dernières années marquées par une insurrection jihadiste sur une partie considérable de son territoire, nous avons assisté à son effondrement progressif sans possibilités de renaissance.

Les stigmates des 23 années de dictature de Moussa Traoré, qui ont connu leur terme en 1992 avec l’arrivée d’Amadou Toumani Touré (ATT) au pouvoir, sont encore visibles dans la société. Le désarroi et l’amertume alimentent le dégagisme. Ils n’autorisent pourtant pas la politique de la terre brûlée. Car les Maliens sauront faire les meilleurs choix le moment venu.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut