Politique › Sécurité

La police met la main sur des membres du mouvement « Tigre révolution »

Des responsables de la police nationale

Le directeur général de la police et son staff ont présenté hier mardi à la presse, une vingtaine d’individus, qui auraient essayé de déstabiliser le pays par à travers une insurrection  armée déjouée il y a quelques jours à Agoè et à sokodé.

Ces individus arrêtés par la police nationale sont accusés de vouloir organiser une insurrection armée. Selon le directeur de la police nationale, le lieutenant-colonel Yaovi Okpaoul les hommes qui ont été présentés à la presse hier sont membre du mouvement dénommé « Tigre révolution ».

Les faits, tels que présentés par la police

Selon les faits tels que rapportés par le directeur de la police nationale, Le 23 novembre dernier, des compatriotes armés d’armes blanches se sont attaqués à des agents des forces de l’ordre en patrouilles et postés devant certaines administrations. L’objectif des assaillants constitués en trois groupes était selon le directeur de la police nationale de neutraliser les corps habillés, de leur retirer leurs armes et d’empêcher par tous les moyens les renforts d’intervenir.

Ils devaient également violenter les civils afin de créer la panique. Les événements qui se sont déroulés à Lomé et à Sokodé, ont connu un échec. Toutefois l’on a enregistré des blessés graves dans les rangs des forces de l’ordre. Le mouvement qui a pris ses racines à Lomé, Sokodé, Anié, Tchamba etc… avait pour ambition de réussir à déstabiliser les institutions dans la période du 23 au 26 novembre…

 



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut