International › APA

Le crime odieux commis à Tanger largement commenté par la presse marocaine

Pas d'image

Les quotidiens marocains parus ce lundi consacrent de larges commentaires au crime crapuleux commis à Tanger et dont a été victime un enfant de 11 ans.+Aujourd’hui Le Maroc+ qui commente l’affaire de Adnane, un enfant de 11 ans qui a été agressé sexuellement puis tué à Tanger, écrit  que ce crime crapuleux de Tanger a ému et suscité une compassion et une interaction à grande échelle.

Une société ne peut combattre les différentes formes de déviance (viol, violence contre les femmes, drogue…) et y apporter des réponses que si elle les identifie, soutient le quotidien, notant qu’un travail important et urgent reste à faire en termes de sensibilisation de la famille marocaine et la réalisation d’un état des lieux du phénomène.

« Les familles marocaines ne peuvent véritablement se rendre compte du danger que si elles sont confrontées à la réalité par les chiffres et les faits », estime-t-il, appelant à une politique publique appropriée.

De son côté, +L’Opinion+ souligne que cette affaire « nous rappelle que même en période de pandémie, la bassesse humaine continue dans ses formes les plus ignobles », faisant observer qu’en réponse à cette affaire, la réaction populaire a été d’une ampleur à la hauteur de la sauvagerie de l’acte commis par ce pédophile.

Plaidant pour une réflexion aux moyens qui peuvent prévenir cette forme choquante de criminalité, le journal soutient que de nombreuses expériences ont démontré leur efficacité même partielle.

A ce propos, il est loisible de citer les registres nationaux de traçage de pédocriminels, préconise-t-il à titre d’exemple, ajoutant que « nos sécuritaires, qui sont si prompts à sévir lorsqu’il s’agit de traquer les apprentis terroristes et autres dissidents politiques sur le net et les réseaux sociaux, devraient faire preuve de la même vigilance, la même sévérité et la même célérité pour le repérage des pédocriminels sur le web ».

Pour sa part, +Bayane Al Yaoum+ estime qu’il ne faudrait pas se contenter uniquement de dénoncer cet acte odieux sur les réseaux sociaux mais plutôt accompagner la famille de la victime.

Le rôle de l’Etat est de prêter main-forte à la famille du défunt, l’accompagner psychologiquement et financièrement, achever et approfondir les investigations dans cette affaire et veiller à l’application stricte de la loi à l’encontre de l’agresseur, insiste la publication, soulignant l’impératif d’instaurer aujourd’hui une profonde réforme sociétale sur de solides bases éthiques.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut