International › APA

Malawi : le président Chakwera retire les pouvoirs à son vice-président

Cette décision exceptionnelle intervient après les révélations d’une vaste affaire de corruption et de blanchiment mêlant le vice-président et plusieurs autorités du pays.« J’ai décidé de retirer toute fonction déléguée au vice-président Saulos Chilima », a déclaré Chakwera lors d’une allocution télévisée.

Le président du Malawi, élu en juin 2020 sur la promesse de lutter contre la corruption, doit faire face à une vaste affaire de corruption et blanchiment qui éclabousse son régime.

Début juin, Chakwera ordonne au Bureau de lutte contre la corruption (ACB) du Malawi d’enquêter sur des allégations de corruption et de blanchiment d’argent impliquant plusieurs hauts fonctionnaires et l’homme d’affaires britannique Zuneth Sattar.

Le vice-président du pays Chilima était le plus haut responsable du gouvernement mis en cause dans cette affaire judiciaire très médiatisée au Royaume-Uni, dans laquelle M. Sattar aurait versé des millions de dollars pour influencer les décisions de passation de marchés dans certains ministères et agences du Malawi.

Plusieurs ministres et anciens ministres sont déjà arrêtés dans ce scandale de corruption. Dans son allocution faite à la Nation mardi soir, M. Chakwera a déclaré qu’il avait aussi décidé de limoger l’Inspecteur général des services de police du Malawi, George Kainja, sur la base des preuves fournies par l’ACB dans un rapport contenant des enregistrements audio du chef de la police discutant de marchés publics et de pots-de-vin avec Sattar.

Le chef de la police limogé

« La description de la façon dont l’Inspecteur général semble compromis est claire dans le rapport, et j’ai donc décidé de le démettre de ses fonctions sur cette base », a déclaré Chakwera, ajoutant toutefois que le rapport de l’ACB ne contenait pas de preuves concrètes liant Chilima aux allégations de corruption.

« Quant au vice-président, sa fonction est unique en ce sens que la Constitution ne prévoit pas sa suspension ou sa révocation par le président, car il occupe cette fonction par la volonté des électeurs malawites, que je respecte », a déclaré M. Chakwera.

Et d’ajouter : « En tant que tel, le mieux que je puisse faire pour l’instant, c’est de le priver de toute fonction déléguée en attendant que le bureau justifie ses allégations à son encontre et fasse connaître sa ligne de conduite à cet égard ».

Le dirigeant malawite a également suspendu le chef de cabinet des résidences d’Etat, Prince Kapondamgaga, et le président du conseil d’administration de l’Autorité des marchés publics et de la cession des actifs, John Banda, qui ont été mis en cause dans le même scandale de corruption


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut