International › APA

Migration, enseignement et énergie au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

La problématique de l’immigration clandestine, la réforme de l’enseignement et le gazoduc Maroc-Nigeria, sont les principaux sujets traités par les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi.Evoquant la question migratoire, +Tel Quel+ souligne que le Maroc ne peut plus, à lui seul, constituer l’ultime rempart à l’afflux considérable de migrants désireux de fouler le sol européen.

Désormais unique point d’entrée ouest-méditerranéen vers le Vieux continent depuis le tarissement des corridors tunisien et libyen, le Maroc a besoin d’un niveau de coopération plus sérieux, estime le journal.

Car, à l’exception de cas rares, le Maroc n’est qu’un point de passage, et c’est donc à l’Europe de prendre ce problème à bras-le-corps, explique-t-il.

Il serait trop facile d’imputer au Maroc, seul, la responsabilité d’un échec multidimensionnel et transnational, estime-t-il, soulignant que les chose « devront changer » après le drame de Melilia.

Même son chez +Finances News Hebdo+, qui indique qu’aujourd’hui, “c’est le Royaume qui est regardé en chien de faïence”.

Pourtant, analyser cet événement uniquement sous le prisme d’une tragédie qui s’est déroulée sur le territoire national “serait bien réducteur”, relève-t-il.

Car l’assaut contre l’enclave occupée de Melilia “n’est finalement que la conséquence de la politique migratoire de l’Union européenne”, qui “érige murs, barbelés et barrières afin de barrer la route à cette jeunesse africaine en déshérence et en souffrance, qui aspire simplement à une vie meilleure”.

De son côté, +La Vie éco+ écrit que les incidents qui se sont produits à la clôture de la ville de Melilla sont venus rappeler aux hauts responsables et Chefs d’Etat européens l’importance d’un maillon appelé Maroc dans la chaîne censée endiguer les flux de migrants qui prennent d’assaut les côtes européennes.

Les responsables européens commencent à prendre conscience qu’ils sont aujourd’hui condamnés à approcher la question migratoire dans un esprit de coopération totale, sincère et positive avec le Maroc qui est, qu’ils le veuillent ou non, le dernier filet de sécurité sur l’un des couloirs les plus prisés par les candidats à l’émigration, estime l’hebdomadaire.

Après l’Europe, qui a dévoilé récemment une nouvelle feuille de route de développement en faveur de l’Afrique, avec à la clé un volume d’investissement faramineux de 150 milliards d’euros pour les cinq prochaines années, les Etats-Unis s’apprêtent eux aussi à réunir à Marrakech les grands de l’Afrique pour parler business et co-développement.

Et qu’un Sommet d’une telle importance se tienne en terre marocaine est, là aussi, une énième reconnaissance du rôle hautement considérable dont est investi le Maroc et de la justesse de son credo Sud-Sud qu’il ne cesse de défendre depuis longtemps, estime-t-il.

Sur un autre registre, +Challenge+ écrit que la démocratisation de l’enseignement a abouti au cauchemar, car “nous nous sommes limités au quantitatif”.

La majorité des néo-bacheliers vont se retrouver dans des filières générales sans connexion avec le marché du travail, s’inquiète l’éditorialiste.

“On n’a jamais calculé le coût pour le contribuable de la déperdition universitaire, ceux qui passent plusieurs années à errer dans une faculté sans passer l’écueil de la première année”, constate-t-il, notant que “cette fausse démocratisation ne combat pas les inégalités, elle les creuse”.

“L’école doit retrouver sa vocation première, celle d’un lieu de transmission du savoir et non pas une administration qui délivre des diplômes sans valeur ou presque”, suggère-t-il.

+Le Matin+ se fait l’écho d’une déclaration de la directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM), Amina Benkhadra, qui a affirmé que les études du gazoduc Maroc-Nigeria, un projet hautement stratégique pour le développement et la souveraineté énergétique du continent africain, avancent dans de «très bonnes conditions ».

« Ce mégaprojet, né de la vision de SM le Roi Mohammed VI et pour lequel un accord a été signé en mai 2017 pour conduire les études de faisabilité et les études d’ingénierie entre l’ONHYM et la NNPC (Nigerian National Petroleum Corporation), avance de manière appropriée», a indiqué Mme Benkhadra, qui intervenait lors d’une table ronde sur le projet de ce gazoduc, dans le cadre de la 33e session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut