International › APA

Port d’Abidjan : le second terminal à conteneurs, un projet impliquant des compétences locales

La construction du second terminal à conteneurs (TC2) du Port autonome d’Abidjan a nécessité, la contribution de plusieurs entreprises locales, dont l’implication a permis la réalisation de plusieurs travaux et le transfert de compétences.Ces entreprises locales ont apporté leur contribution à la mise en place de cette infrastructure essentielle à la performance de l’économie nationale et sous régionale. Au nombre de ces structures, l’on peut citer l’Entreprise Menuiserie, Electricité, Bâtiment de Côte d’Ivoire (EMEB-CI).

Intervenue dans la réalisation du bâtiment de l’administration et de l’atelier de maintenance, sa mission a consisté à construire d’une part l’immeuble de 2 étages, de 2.500 m² qui sert de siège à Côte d’Ivoire Terminal et d’autre part, un second bâtiment de 2.236 m² qui sert d’atelier à la direction technique.

« Le niveau d’exigence attendu par Côte d’Ivoire Terminal et l’environnement concurrentiel dans lequel nous avons évolué, nous aura permis de promouvoir davantage au sein de nos équipes des notions de qualité, de sécurité et de respect de l’environnement dans l’exécution de nos travaux », a déclaré M. Samhat Abdelatif, directeur général de EMEB-CI.

« Ce niveau d’exigence a permis aussi à nos équipes d’améliorer leurs process de travail, ce qui a favorisé individuellement et collectivement une hausse significative de notre leur niveau de compétence », a-t-il ajouté.

Des entreprises locales aux compétences diversifiées 

La Société internationale de transport africain par rail (SITARAIL), filiale de Bolloré Transport & Logistics opérant les chemins de fer, a été chargée de la conception et la construction de la ligne ferroviaire qui part du Terminal pour se connecter au réseau national du chemin de fer.

Il s’agit de 250m de longueur utile fois 2 voies, 300m de longueur interne à TC2 et 840 m de longueur totale jusqu’au point de raccordement de la ligne national. Grâce à ces travaux, Côte d’Ivoire Terminal dispose d’un embranchement au réseau ferroviaire qui permettra de desservir l’intérieur du pays et l’hinterland.

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), elle, est intervenue dans le cadre de la fourniture d’électricité pour le fonctionnement du terminal. L’entreprise a été sollicitée pour l’installation de deux lignes électriques dédiées eu égard à la sensibilité de nos équipements à la pointe de la technologie.

Côte d’Ivoire Terminal qui a fait le choix de construire un Terminal respectueux de l’environnement, a choisi d’utiliser des engins et équipements fonctionnant à l’électricité notamment les portiques de quai, les portiques de parc, les tracteurs, les bus pour le transport du personnel.

La CIE a fourni deux départs d’électricité de 15 Kv d’électricité d’une capacité de 6 MW à partir des centrales électriques de Treichville et de Vridi. Par ailleurs, la Compagnie Côte d’Ivoirienne pour tous appareillages mécaniques (COCITAM) a assuré l’approvisionnement en carburant des engins.

La Société d’études techniques et économiques de CI (SETEC-CI), elle a travaillé essentiellement dans le cadre du suivi des différents travaux réalisés sur le site de Côte d’Ivoire. L’on enregistre aussi le Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics (LBTP) qui est intervenu dans la certification des installations électriques intérieures par l’entremise de son département SECUREL.

La conception et la construction de structure métallique notamment la charpente de station de charge des engins électriques (e-loading station) et la charpente de l’extension dédiée à la soudure de l’atelier de maintenance ont été assurées par l’entreprise COREAL.

Quant à Stifani Machmouchi, il lui a été confié la conception et la réalisation clé en main du Billing Office ainsi que l’aménagement du siège de Côte d’Ivoire terminal. Sa mission a consisté d’une part à fournir et agencer le mobilier du siège de Côte d’Ivoire Terminal, avec un délai de fabrication de trois semaines ; et d’autre part à concevoir et réaliser le Billing Office du centre-ville d’une surface de 700 m2, à partir du gros œuvre, jusqu’aux finitions et ce, sur un délai de 90 jours, soit trois mois.

Un terminal au service du développement sous-régional 

Plateforme de transbordement, Côte d’Ivoire Terminal permettra d’accroître les échanges dans la sous-région et contribuera au dynamisme des corridors Côte d’Ivoire/Burkina Faso/Mali, à travers l’accroissement du trafic de marchandises par voie maritime en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Il apportera également son expertise dans la gestion des chaînes logistiques et le global trade.

« L’objectif pour nous, était de contribuer à la création de richesse et de la valeur ajoutée, mais aussi de faciliter par ce projet, la création d’emplois en faveur de la jeunesse ivoirienne », a relevé Madina Yankalbe Aliali, directeur administratif et financier de Côte d’Ivoire Terminal.

Elle a salué « la parfaite maîtrise de l’environnement et la mise à disposition d’une main d’œuvre locale de qualité » par lesdites structures qui ont permis à Côte d’Ivoire Terminal de contribuer au développement de ces sociétés et des compétences locales.

Ces structures ont permis à Côte d’Ivoire Terminal, de valoriser l’expertise locale, de réduire les délais d’exécution des travaux, mais aussi, d’être approvisionné en matériaux dans des délais courts, a-t-elle poursuivi.

D’une superficie de 37,5 hectares, ce nouveau terminal à conteneurs sera capable de traiter plus d’1,5 millions de conteneurs EVP par an et d’accueillir des navires de 16 mètres de tirant d’eau, le long de ses 1 100 mètres de quais.

Le second terminal à conteneurs est basé sur plusieurs innovations technologiques. Il est par ailleurs équipé d’une flotte 100% électrique de portiques de quais, de portiques de parcs et de tracteurs portuaires, sans émission de gaz à effet de serre et de nuisance sonore. Une connexion au réseau wifi couvre entièrement le terminal.

D’un coût d’investissement de plus de 262 milliards de FCFA, le deuxième terminal à conteneurs comprend :  13 portiques de parc, 6 portiques de quai, 16 m de tirant d’eau et 36 tracteurs. La première escale test a eu lieu du 12 au 14 octobre 2022 et la première escale commerciale le 02 novembre 2022.

L’inauguration officielle du deuxième Terminal à conteneurs est prévue le 2 décembre 2022.  

 


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut