› Politique

Présidentielle 2020 : La rue, l’axe de la stratégie de Fabre ?

Jean pierre Fabre

Jean Pierre Fabre, le président de l’ANC veut bien participer à l’élection présidentielle de 2020, mais pas dans les conditions dans lesquelles le gouvernement compte l’organiser. Reçu ce lundi dans une émission de la radio victoire Fm, le maire de la commune de Golfe 4 réclame plus de transparence dans le processus et menace de faire descendre ses militants dans les rues, s’il n’obtient pas ce qu’il demande.  

Dans sa sortie, le candidat investi par l’Alliance nationale pour le Changement (ANC) a réclamé beaucoup de réformes avant l’organisation du prochain scrutin électoral.   Pour l’ex-chef de file de l’opposition, les conditions actuelles ne sont pas propices pour tenir une élection transparente. C’est la raison pour laquelle  il a demandé au gouvernement de recomposer la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et de procéder à un véritable recensement.
Ce n’est pas la date des élections qui est importante, c’est la qualité des élections qui est importante. Est-ce que la Cour constitutionnelle a été recomposée pour la rendre conforme à la composition prévue par les nouvelles dispositions de la constitution ? Nous à l’opposition, nous avions demandé la recomposition de cette Cour. La Cedeao a adhéré à cette revendication… Je constate que la composition actuelle de cette cour viole les dispositions constitutionnelles », a déclaré Jean pierre Fabre qui fait remarquer par ailleurs que la Ceni semble courir  « vers le précipice ».

Et de poursuivre, le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015 a menacé d’organiser des marches gigantesques, si le pouvoir « s’entête dans l’organisation unilatérale de la prochaine présidentielle ».



-->

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut