International › APA

Présidentielle 2020: l’association des cadres catholiques se dit « en phase » avec l’avis du Cardinal Kutwa

L’Association des cadres catholiques de Côte d’Ivoire (ACC-CI) est « en phase » avec l’avis du Cardinal Jean-Pierre Kutwa sur l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020, a dit lundi le président du Bureau exécutif national de l’organisation ecclésiastique, Martin Loba, lors d’une conférence de presse à Abidjan.« Nous, cadres catholiques de Côte d’Ivoire, sommes en phase avec le Cardinal lorsqu’il affirme : en vérité, la réconciliation est plus importante que les élections…Laissons-nous réconcilier les uns avec les autres ! Tout le reste ira de soi », a déclaré M. Martin Loba.

Le cardinal Jean-Pierre Kutwa avait à titre personnel, après observations et prières, estimé que la candidature de M. Alassane Ouattara, chef d’Etat sortant, « n’est pas nécessaire », dans une déclaration à la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan.   

M. Kouassi Adjoumani et des ministres, se disant cadres catholiques du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, le parti au pouvoir), avait clamé que « la prise de parole de l’archevêque d’Abidjan ne va pas dans le sens de l’apaisement du climat social ».  

L’association, dira M. Loba, comprend difficilement la « démarche de compréhension » des ministres dont le chef de file Kouassi Adjoumani et ses acolytes ont réagi dans l’enceinte de la Cathédrale Saint-Paul d’Abidjan. 

Le ministre Adjoumani n’est pas le porte-parole de l’ACC-CI, et ses actes et propos ne sauraient en conséquence engager cette association qui existe depuis 1980, a souligné M. Loba, qui avait à ses côtés le président du Conseil d’administration de l’association, Asseypo Hauhouot. 

« Nulle part, il n’est prévu de démembrement politique, syndical ou corporatiste (des cadres catholiques). Prétendre parler au nom des cadres catholiques Rhdp est un miroir grossissant et déformant la réalité, preuve supplémentaire de leur méconnaissance de l’ACC-CI », a-t-il poursuivi.  

Ce n’est pas la première fois que des prélats se prononcent sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. En 1992, Bernard Cardinal Yago avait demandé « au nom de la paix la libération des opposants politiques incarcérés ».    

La conférence des évêques catholiques avait également demandé en 2019 « au nom de la paix la libération des opposants politiques incarcérés ».  En 2011, l’évêque coadjuteur du diocèse de Yopougon avait demandé le « départ du président Laurent Gbagbo afin d’avoir un climat post-électoral apaisé ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut