International › APA

Putsch au Burkina : le chef d’Etat-major des Armées pour « une sortie négociée de la crise »

Le chef d’Etat major des Armées burkinabé exprime son inquiétude face au risque de voir la situation dégénérer au Burkina Faso, après le putsch du Capitaine Ibrahim Traoré contre le Lieutenant-Colonel Damiba.Au lendemain du renversement du Lieutenant-colonel Paul Henri Damiba par ses anciens camarades du Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), le calme n’est pas revenu à Ouagadougou. Des tirs sont entendus un peu dans la capitale du Burkina Faso samedi 1er octobre. Les nouveaux maitres de Ouagadougou ne font pas l’unanimité au sein de l’armée qui n’a jamais été aussi divisée.

La situation semble avoir atteint un niveau inattendu, poussant l’État-major général des armes à rompre avec son silence légendaire. Dans  un communiqué diffusé par la Direction de la Communication et des relations publiques, l’armée burkinabé se démarque des tensions notées depuis hier, vendredi 30 septembre entre différentes factions.

L’Etat-major s’insurge contre cette crise au sein des forces armées et précise qu’elle ne « représente pas notre institution qui s’inscrit dans une dynamique de cohésion et de mobilisation de toutes les forces ». « C’est dans ce sens que des concertations ont été entreprises depuis le 30 septembre 2022, avec le concours de toutes les personnes ressources afin de rapprocher les positions », indique le chef d’Etat-major des armées burkinabé.

 Il ajoute que « ces concertations se poursuivent », invitant « toutes les parties au calme et à la retenue afin de donner une chance à une sortie négociée de la crise ». Pour le patron de l’armée burkinabé, « personne n’a intérêt à ce que la situation dégénère ». Mais la situation est sur le point d’être hors de contrôle.

Un mouvement de troupes en provenance de l’Intérieur du Burkina Faso en direction de la capitale où les hommes du Capitaine Ibrahim Traoré se sont déployés dans les axes stratégiques. 

Un fait nouveau s’est ajouté à la crise. L’institut culturel français de Bobodioulasso, deuxième ville du pays et le consulat français de Ouagadougou ont été saccagés par des manifestants hostiles à Paris accusé par la junte au pouvoir depuis 24n heures d’avoir pris fait et cause pour le camp de Damiba. 

Vendredi 30 septembre en début de soirée, un groupe de militaires se réclamant du MPSR s’est emparé du pouvoir, démettant de ses fonctions le lieutenant-colonel Paul Henri Damiba, huit mois après son arrivée au pouvoir par le même moyen. Ils reprochent à l’officier son inefficacité dans la lutte contre les jihadistes et des actes de nature à remettre en cause l’indépendance de la justice. 

La nouvelle équipe dirigée par le jeune capitaine Ibrahim Traoré a dissous les principales institutions du pays et promet de rencontrer les forces vives de la nation pour désigner « un président civil ou militaire ».

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et l’Union africaine (UA) ont condamné « sans réserve » le coup d’Etat et exigent  « le respect scrupuleux du chronogramme déjà retenu avec les autorités de la transition ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut