International › APA

Sénégal : faible contribution du secteur extractif au budget national

Les industries extractives ont contribué à un peu plus de 200 milliards de FCFA au budget de l’Etat sur un montant total de plus de 6000 milliards selon un rapport dédié au secteur.L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) du Sénégal a publié, ce jeudi 22 décembre 2022 à Dakar, les résultats et conclusions de son rapport 2021. Ceux-ci font état d’une contribution du secteur extractif de 223,15 milliards FCFA aux recettes fiscales de l’Etat dont 206,04 milliards FCFA affectés au budget.

Les revenus du secteur extractif ont connu une hausse de 38,99 milliards par rapport à l’année fiscale 2020, soit une augmentation de 21,8%.

L’essentiel de la contribution provient du secteur minier qui connaît une augmentation de 40,16 milliards FCFA, passant de 162,85 milliards FCFA en 2020 à 203 milliards FCFA en 2021, a indiqué la ministre d’Etat et présidente de l’ITIE Sénégal, Awa Marie Coll Seck.

A l’en croire, cette évolution dans le secteur minier résulte directement de l’augmentation des productions d’or, la hausse des prix du zircon et des phosphates entre 2020 et 2021 ; la hausse des redevances minières payées par les mines d’or (Sabodala-Massawa et Mako), passant de 17,847 milliards FCFA en 2020 à plus de 25 milliards en 2021 ; les paiements cumulés de BARRICK GOLD de 9,678 milliards FCFA au titre de redressements fiscaux ; et l’évolution des paiements perçus par le Trésor au titre des dividendes et de l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières (IRVM) et de l’impôt sur les sociétés (IS) recouvrés par les Impôts.

La contribution du secteur extractif au Produit Intérieur Brut (PIB) s’élève quant à lui à 4,98% et 6,94% aux recettes de l’Etat, a souligné Mme Seck, ajoutant que la contribution reste toujours perceptible au niveau des exportations.

Modestes parts de marché des entreprises locales

Par ailleurs, les résultats du rapport révèlent une faible présence des entreprises nationales dans la fourniture des biens et services aux industries extractives. Le volume des transactions effectuées avec les fournisseurs locaux du secteur minier s’élève ainsi à 256,927 milliards FCFA, contre 810,730 milliards FCFA pour les fournisseurs étrangers.

Pour le secteur des hydrocarbures, les transactions effectuées avec les fournisseurs locaux s’élèvent à 113,538 milliards FCFA. Avec les fournisseurs étrangers du secteur pétrolier, les transactions sont estimées à 675,290 milliards FCFA.

« A la lumière de ces données, on remarque que les parts de marché des entreprises locales restent modestes, d’où l’urgence d’analyser davantage les données du rapport ITIE pour éclairer les politiques publiques en la matière », a plaidé la présidente de l’ITIE Sénégal, Awa Marie Coll Seck, saluant au passage les efforts de réformes de contenu local intervenus dans le secteur.

Elle a en outre saisi cette occasion pour inviter les entreprises du secteur extractif à renforcer la redevabilité environnementale et sociale. « Le rapport ITIE indique que pour cette année les entreprises ont payé plus de 4 milliards FCFA au titre des dépenses sociales. Les dépenses environnementales restent encore faibles », a-t-elle déploré.

Néanmoins, elle a magnifié les efforts de contribution des sociétés minières, en ce qui concerne le versement de la garantie forfaitaire annuelle au titre du Fonds de réhabilitation des sites miniers logé à la Caisse des Dépôts et Consignations.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut