International › APA

Soudan du Sud : les tensions intercommunautaires refont surface

Les fêtes de fin d’année au Soudan du Sud ont été marquées par de violentes tensions intercommunautaires.Les tensions entre les communautés Lohilai et Lohiri ont fait des victimes parmi les habitants d’Omuruo, en Équatoria oriental, au Soudan du Sud. Des centaines de membres de la communauté ont abandonné leurs maisons et leurs propriétés, craignant pour leur vie.

« Presque tous les habitants d’Omuruo et de ses environs ont été déplacés et craignent de rentrer chez eux car ils savent malheureusement très bien qu’un conflit peut éclater très rapidement et entraîner des pertes massives de vies humaines », a révélé Tadeo Oliha Pacifico, chef par intérim d’Omuruo, à une patrouille de la Mission des Nations Unies au Sud-Soudan (MINUS).

Les affrontements ont soudainement éclaté à Omoruo il y a deux semaines, lorsque le village a été attaqué par des voisins de Lohilai et Lohiri, ce qui aurait fait de nombreux blessés. La violence a éclaté après que les deux parties se sont accusées mutuellement d’orchestrer des assassinats ciblés et des embuscades sur les routes au cours des derniers mois.

« Les gens sont nerveux à l’idée d’emprunter la route Torit-Omoruo-Lohilai et nous demandons instamment au gouvernement d’intervenir et de résoudre nos différends afin que la paix puisse revenir et que nos communautés puissent reprendre une vie normale », a déclaré Dominic Oreste, un responsable de la jeunesse de Lohilai, aux soldats de la paix en patrouille.

Le conflit a affecté le trafic normal le long de cette importante route d’approvisionnement, qui était déjà assaillie par des embuscades rendant les déplacements dangereux. La mission de maintien de la paix des Nations unies a intensifié ses patrouilles dans la région.

« Nous sommes ici parce que nous voulons vous encourager tous à embrasser le dialogue et à réconcilier pacifiquement vos différends », a déclaré Francis Jeremiah, un officier des affaires civiles de la MINUSS.

« De tels conflits perturbent le commerce, empêchent les malades d’atteindre les prestataires de soins de santé à temps, et font payer un tribut disproportionné aux femmes et aux enfants », a-t-il ajouté. « La seule façon productive d’aller de l’avant est le dialogue ; vous avez tous la responsabilité collective de nourrir une paix durable ».

« Nous sommes venus ici pour vous parler afin que vous gardiez la paix si chère à vos yeux et à ceux de vos voisins ; sans vous, il n’y aurait pas de Sud-Soudan. Vous avez toujours été connus pour la paix ; ce malentendu devrait prendre fin ici et vous réconcilier », a déclaré Francis Jeremiah, officier des affaires civiles de la MINUSS en Equatoria oriental.

Actuellement, le calme est revenu dans la région, malgré le vandalisme des propriétés, grâce aux efforts du gouvernement de l’Etat et des amis internationaux comme la MINUSS.

« Notre rôle en tant que gouvernement est de nous assurer que ces communautés se réconcilient, que les routes sont sûres et que de telles attaques ne se reproduisent pas », a déclaré Angela Quitino, la députée de la région à l’Assemblée législative de l’Etat d’Équatoria oriental.

Pour quelque 1.500 civils déplacés, cependant, il n’est pas encore temps de retourner dans leurs installations d’origine.

Mais grâce à la volonté de paix grandissante de toutes les parties concernées, l’espoir est permis de les voir rentrer chez eux et reconstruire leur vie.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut