International › APA

Côte d’Ivoire : la FAO sensibilise sur la préservation des mangroves

Le Bureau de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Côte d’Ivoire sensibilise les acteurs de la pêche artisanale sur la loi régissant leur secteur pêche et l’urgence de préserver les mangroves.Cette sensibilisation a lieu dans le cadre des activités de l’Initiative Pêche Côtière-Afrique de l’Ouest (IPC-AO) au profit des acteurs de la pêche artisanale de Sassandra sur la loi de 2016 relative à la pêche et à l’aquaculture et sur l’urgence de préserver les mangroves.

Pour l’organisation, les mangroves constituent un écosystème essentiel pour la vie des communautés côtières qu’il faut sauvegarder. La séance a visé la ville côtière de Sassandra (Sud-Ouest), où la pêche artisanale constitue l’une des principales activités économiques.

Selon les chiffres du rapport 2020 du bureau de l’aquaculture et des pêches de Sassandra, cette activité génère environ 5000 emplois directs comprenant 70% de femmes. Cependant, la loi qui régit ce secteur est encore méconnue des acteurs de Sassandra.

A l’initiative de la FAO à travers son projet IPC-AO, des séances de sensibilisation ont été organisées les 03 et 04 février 2022 à l’intention des autorités coutumières, des associations de jeunesse, des pécheurs, des mareyeuses et des transformatrices.

Pour Armand Zegbeu, point focal du projet IPC-AO au ministère des Ressources animales et halieutiques, cette séance vise à mieux faire connaître aux acteurs de la pêche artisanale la loi qui régit ce secteur.

La loi de 2016 vient pallier les insuffisances et les limites de la loi de 1986. C’est pourquoi, dit-il, « nous avons estimé qu’il était important de mieux la vulgariser. A cet effet, un manuel a été distribué aux acteurs lors des séances de sensibilisation ».

« J’invite donc les acteurs à se l’approprier et à en tenir compte dans l’exercice de leur activité. Passée l’étape de la sensibilisation, la loi devra être appliquée », a prévenu Armand Zegbeu, le point focal du projet IPC-AO.

La loi de 2016 est constituée de cinq titres, de 14 chapitres et de 121 articles. L’article 10 interdit de faire usage dans l’exercice de la pêche, de matière explosive, de substances ou d’appât toxiques susceptibles d’affaiblir, d’étourdir, d’exciter ou de tuer les poissons, ou de contaminer leur habitat.

En outre, l’article 30 dispose que les produits de pêches, transformés ou non soient soumis à des contrôles sanitaires et vétérinaires rigoureux. Instruits sur ces nouvelles dispositions, les bénéficiaires de cette sensibilisation ont salué l’initiative.

« Cette sensibilisation a été très instructive pour nous. Nous avons appris que la loi nous interdit de pêcher les espèces en voie de disparition. Ces espèces sont les requins marteaux, les dauphins et tous autres mammifères marins », a affirmé Koranteng Daniel, un pêcheur.

M. Kacou Charles Niazou, un autre pêcheur qui exerce cette activité depuis 25 ans a promis se conformer à la loi sur la pêche et à l’aquaculture en sollicitant une licence de pêche auprès des autorités compétentes.

« Je ne savais pas qu’il fallait absolument avoir une licence avant d’exercer l’activité de la pêche artisanale. Je m’engage aujourd’hui à me mettre en conformité dans les meilleurs délais », s’est-il engagé.

Les pêcheurs, les mareyeuses et les transformatrices ont aussi été invités à contribuer à la restauration des mangroves de Sassandra, car ces arbres précieux forment un écosystème particulier qui abrite de nombreuses espèces de poissons, de mollusques et de crustacés.

Par ailleurs, à travers leur fonction de zone de frayère, les mangroves sont indispensables pour certaines espèces marines comme les carpes, les silures, les mâchoirons, les crabes et les écrevisses qui viennent y pondre.

« Ces espèces végétales, aux adaptations particulières constituent un gîte important dont la disparition impactera de façon négative sur la reproduction et le développement de nombreuses espèces », a soutenu Dr Yacoub Issola, expert national et coordonnateur du Projet IPC-AO à la Convention d’Abidjan.

« A terme, les changements de comportement devraient contribuer à inverser les problèmes de réduction des stocks et de diminuer les captures qui ont des répercussions négatives sur l’activité économique des acteurs des chaînes de valeur des pêches », a-t-il ajouté.

Quant à Mme Germaine Tchriffo, transformatrice à Sassandra, elle s’est engagée à ne plus utiliser le bois de mangrove pour fumer les poissons. Elle a dit avoir remarqué que du fait de la destruction de la mangrove, le poisson se fait rare.

Cela, poursuivra-t-elle, « impacte négativement notre activité. Je m’engage non seulement à ne plus utiliser le bois de mangrove, mais je vais également sensibiliser mes collègues transformatrices à œuvrer à la protection et à la restauration des mangroves ».

Au total, 80 participants composés d’une vingtaine de pêcheurs et d’une quarantaine de mareyeuses ont pris part aux deux séances de sensibilisation. Au terme de l’activité, des cache-nez et un dispositif de lavage des mains ont été offerts par le projet IPC-AO aux communautés et acteurs du secteur de la pêche exerçant sur le site du débarcadère de Sassandra.

Le projet IPC-AO qui bénéficie du financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) est mis en œuvre par la FAO et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) à travers la Convention d’Abidjan qui travaille sur la composante de la restauration des mangroves.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut