International › APA

La Côte d’Ivoire et le Mali se disputent une forêt de 125 hectares

Pas d'image

La Côte d’Ivoire et le Mali se disputent depuis quelques années une forêt de 125 hectares, a appris APA, samedi, de source officielle à Korhogo dans l’extrême nord ivoirien.

L’information a été donnée lors de la séance plénière de l’atelier régional de Korhogo s’inscrivant dans le cadre des ateliers régionaux organisés dans le pays pour l’élaboration de la politique nationale de gestion intégrée des frontières de la Côte d’Ivoire.

Cette forêt située à la frontière entre la Côte d’Ivoire et Mali est appelé « forêt de Sokourani » par la partie ivoirienne et « forêt de Sama » par la partie malienne.

« Normalement, la lutte n’aurait pas lieu d’être parce qu’il est clairement établi que la forêt est vraiment une propriété de la Côte d’Ivoire », a déclaré le sous-préfet de Mahandiana-Sokourani, Aurelien Lucien Tohouri qui a présidé la Commission 2 de l’atelier ayant abordé la gestion coopérative des frontières et le développement des capacités pour la gouvernance des frontières.

Mahandiana-Sokourani est une sous-préfecture du département de Kaniasso, dans la région du Folon, district du Denguélé (Odienné).

« Je me suis renseigné auprès des services des eaux et forêts. Ils m’ont produit une carte qui place complètement la forêt à l’intérieur de la sous-préfecture de Mahandiana-Sokourani. Ca n’a rien à voir avec le Mali », a ajouté M. Tohouri. Selon lui, les discussions entre les deux parties n’ont rien donné pour l’instant. « On discute, mais on n’avance pas parce que chacun est jaloux de ce qu’il pense être pour lui », a-t-il dit.

La dernière opération menée dans cette forêt avait permis d’interpeller près de 11 Maliens qui venaient exploiter du bois. « Depuis ce jour, je pense qu’il y a de l’accalmie », a poursuivi l’administrateur civil qui espère une «solution définitive» pour que  «la clarté soit de mise» et que «chacun sache exactement quel est le statut de cette forêt et à qui appartient cette forêt» de 125 hectares.

M. Tohouri a par ailleurs, salué  la tenue  de ce séminaire à l’initiative de la Commission nationale des frontières de Côte d’Ivoire (CNFCI) avec ses partenaires que sont notamment l’agence internationale de la coopération allemande (GIZ), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l’Union africaine (UA).

 « Je suis vraiment très heureux qu’on fasse ce séminaire parce que ça fait huit ans que je suis à la frontière. Les problèmes sont nombreux là-bas », a-t-il fait observer. 

Pour lui, « ces problèmes ont existé parce qu’il n’y avait pas une politique nationale pour pouvoir nous aider à affronter ces difficultés. Maintenant que la politique est en train de se mettre en place, je pense que c’est pour nous une chance ».

« Nous qui sommes à la frontière pourrons travailler désormais dans la quiétude », a encore soutenu le président de la Commission 2. A propos des travaux en Commission et en plénière, il a indiqué que « nous avons relevé des questions de collaboration des services ».

« Nous avons constaté que les services de l’Etat étaient cloisonnés. Alors qu’on nous demande de faire une coopération en matière de travail. Nous avons également retenu qu’il y a une possibilité désormais qui nous sera donnée d’aller vers nos collègues du Mali pour avoir des discussions formelles entre nous », a conclu le sous-préfet de Mahandiana-Sokourani, Aurelien Lucien Tohouri.

Ces ateliers régionaux prévus du 13 au 27 octobre 2021 se tiennent à Abidjan (Sud), Abengourou (Est), Korhogo (Nord) et Man (Ouest).

La Politique nationale de gestion intégrée des frontières terrestres, aériennes et maritimes de la Côte d’Ivoire vise à transformer les zones frontalières en des espaces où les acteurs étatiques et non étatiques interagissent de façon harmonieuse, au plan national d’une part, et avec leurs homologues des pays limitrophes d’autre part, où la gestion des ressources naturelles partagées est bénéfique et durable pour le bien des populations.

Tout cela, en vue de faire de la coopération transfrontalière, un levier essentiel de sécurité, de cohésion sociale et de paix, de gestion durable des ressources naturelles et de développement socio-économique véritable des espaces frontaliers et transfrontaliers.

Les autorités préfectorales, administratives ainsi que les élus locaux des zones frontalières, les forces de défense et de sécurité, les services techniques (santé, éducation, agriculture, élevage, énergie…), les leaders communautaires des zones frontalières, le secteur privé à travers la Chambre du commerce et des organisations de la société civile prennent part à ces ateliers.

 La Politique nationale de gestion intégrée des frontières de la Côte d’Ivoire, vise à doter le pays d’un outil de cadrage et de pilotage en matière de gouvernance des frontières, en vue de permettre à la Côte d’Ivoire d’aborder un nouveau virage dans l’approche et la gestion de ses frontières terrestres, aériennes et maritimes.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut