International › APA

Les femmes à l’honneur dans la presse africaine

Les réactions sur l’attaque terroriste de Mondoro et la célébration de la journée internationale des droits de la femme sont les principaux sujets dans les médias africains visités mardi par APA.Le Pays revient sur l’attaque terroriste de Mondoro en donnant la parole à Aboubacar Sidick Fomba, membre du Conseil national de transition (CNT), qui « accuse la France ». « Je le dis haut et fort aux Maliens. Par le passé, dit-il, nous avons fait des patrouilles conjointes avec les soldats français. Les mêmes matériels que disposaient les soldats français viennent d’être découverts à la suite de l’attaque. Parmi les terroristes neutralisés figurent des visages clairement connus. Sur les terroristes tués par les FAMa figurent ceux qui sont venus du Niger. Il s’agit des éléments de Boko Haram qui ont été préparés depuis le Niger pour affronter les soldats maliens », a-t-il confié, notant que les troupes de Barkhane et de Takuba « ne doivent plus durer au Mali ».

Toutefois, Wakatsera indique que Barkhane est « toujours en campagne de salubrité ». La force française déclare avoir « neutralisé » à environ 100 km au nord de Tombouctou, au Mali, l’Algérien Abou Ammar al-Jazairi, présenté comme un haut cadre historique d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Barkhane « continue donc de frapper dans le Sahel où elle se trouve en pleine réarticulation. Mieux c’est au Mali qu’elle fait toujours parler sa puissance de feu dans la lutte contre le terrorisme. Pourtant, elle est déclarée +non grata+, par des autorités et une partie de la population de ce pays en pleine idylle avec la Russie, et plus particulièrement la société privée de sécurité russe, Wagner, dont les éléments sont considérés par les Occidentaux, comme des mercenaires », remarque le journal burkinabè.

Par ailleurs, les Forces armées maliennes (FAMa) ont mené lundi 7 mars une  riposte aéroterrestre qui a fait « un bilan provisoire de 7 morts côté assaillants » et « de deux morts et deux blessés légers côté FAMa », rapporte l’AMAP, citant un communiqué de l’armée sur cette nouvelle attaque enregistrée à Gao, dans le nord du pays.

Au Burkina Faso, Le Pays titre sur la célébration de la journée internationale du 8 mars dédiée aux femmes : « 8 mars 2022 : les Burkinabè n’ont pas le cœur à la fête ». Cet événement qui met à l’honneur la femme « intervient dans un contexte sociopolitique particulier. Il y a, en effet, la crise sécuritaire qui, en plus d’avoir endeuillé de nombreuses familles, a provoqué le déplacement de milliers de personnes à travers le pays tant et si bien que nombreuses sont les localités qui se sont complètement vidées de leurs habitants ; laissant la place aux groupes armés qui occupent près des 2/3 du territoire national. C’est donc un truisme de dire que les Burkinabè n’ont pas l’esprit à la fête surtout quand on sait qu’à la situation sécuritaire délétère s’ajoute une terrible disette qui laisse planer sur le pays une crise alimentaire sans précédent sur fond de morosité économique », note le quotidien burkinabè.

Au Sénégal en revanche, Sud Quotidien indique que les femmes sont « encore à l’honneur » dans ce 8 mars où Walf Quotidien décrit ces dernières « 100 fards ». La sociologue Fatou Binetou Sall déclare dans le journal que « les Sénégalaises ne divorcent pas, elles changent d’hommes ». L’universitaire et politicienne Amasatou Sow Sidibé souligne que « pour la promotion des femmes en politique, nous sommes encore loin du compte ».

Le quotidien national Le Soleil titre sur « la vague de succès des femmes » qui ont pu se faire une place dans des métiers « souvent dominés par les hommes ». L’Observateur note de son côté que « les femmes (sont) en mars vers le sommet » parce qu’elles sont « entre révolution et évolution de leur statut et rôle dans la société ».

L’AS s’intéresse à « la guerre des modèles féministes au Sénégal » et reprend la sociologue Selly Ba qui note que « ce qui se passe en Afrique est différent de ce qui se passe en Europe ».

Vox Populi termine par donner la parole à « ces femmes qui n’ont pas voix au chapitre ». Sur cette journée qui leur est dédiée, le journal sénégalais a recueilli les impressions de « Mère Ndèye Diouf, analphabète et vendeuse de cacahuètes, Mme Dieng, femme au foyer, Ndèye C. Badiane, une jeune dame ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut