International › APA

Afrique subsaharienne : la BM prévoit une reprise modeste de la croissance

Le dernier rapport sur les Perspectives économiques de la Banque mondiale table sur une croissance de 3,6 % en 2023 pour les économies de la région.Le bout du tunnel est encore loin pour les économies de l’Afrique subsaharienne. Lourdement éprouvées durant l’année 2022, elles ne retrouveront pas leur dynamisme d’avant la pandémie de la Covid-19 en cette année 2023. Selon les dernières Perspectives économiques mondiales publiées ce mardi 10 janvier par la Banque mondiale, un ralentissement net et durable de l’activité va frapper durement les pays en développement. 

Les perspectives régionales pour 2023-2024 ne prévoient qu’une reprise modeste de la croissance et une lente augmentation des revenus par habitant, les perspectives d’un renversement rapide des récentes augmentations de la pauvreté s’assombrissent. Les risques sont orientés à la baisse. Une faiblesse plus prononcée dans les principales économies, de nouvelles augmentations des taux d’intérêt mondiaux, une inflation plus élevée et persistante… pourraient encore ralentir la croissance dans la région, exacerber la pauvreté et entraîner un surendettement dans certains pays, révèle le document.

La progression du revenu par habitant pour les années 2023-2024, quant à elle, ne devrait être que de 1,2 % en moyenne dans la région, ce qui risque d’entraîner une augmentation de la pauvreté.

De manière générale, la croissance des économies de marché émergentes et en développement devrait ralentir de 3,8 % en 2022 à 2,7 % en 2023, en raison d’une demande extérieure nettement plus faible conjuguée à une forte inflation, des dépréciations monétaires, un resserrement des conditions de financement et d’autres difficultés intérieures, souligne le rapport de la BM.

« La crise qui menace le développement s’aggrave à mesure que les perspectives de croissance mondiale se dégradent. Les économies émergentes et en développement connaissent depuis plusieurs années une croissance en berne en raison d’un lourd endettement et d’investissements insuffisants, car les capitaux mondiaux sont absorbés par les économies avancées confrontées à des niveaux de dette publique extrêmement élevés et à des taux d’intérêt en hausse. La faiblesse de la croissance et des investissements des entreprises aggravera les reculs déjà dévastateurs en matière d’éducation, de santé, de réduction de la pauvreté et d’infrastructures, ainsi que les nécessités liées au changement climatique », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, cité par le rapport. 

Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods signale qu’en fin 2024, les niveaux de PIB dans les économies émergentes et en développement resteront inférieurs d’environ 6 % aux prévisions antérieures à la pandémie. En outre, poursuit la banque, même s’il est probable que l’inflation mondiale se modère, elle demeurera supérieure aux niveaux d’avant la Covid-19.

Évoquant les perspectives à moyen terme de la progression de l’investissement dans ces économies, le document note que sur la période 2022-2024, l’investissement brut dans ces pays devrait augmenter d’environ 3,5 % en moyenne, soit moins de la moitié des taux observés au cours des deux décennies précédentes.

Le rapport suggère ainsi aux décideurs politiques différentes options pour accélérer la croissance de l’investissement. Pour Ayhan Kose, directeur de la cellule Perspectives de la Banque mondiale, « les politiques visant à stimuler les investissements doivent être adaptées aux circonstances nationales, mais il faut toujours commencer par mettre en place des cadres budgétaires et monétaires solides et par la mise en œuvre de réformes globales du climat d’investissement ». 

Car, estime-t-il, « le niveau peu élevé des investissements est très préoccupant, parce qu’il s’accompagne d’un faible niveau de productivité et d’échanges commerciaux et qu’il assombrit les perspectives économiques globales ».

M. Kose est convaincu que sans une croissance forte et soutenue de l’investissement, il est tout simplement impossible de faire des progrès significatifs dans la réalisation des objectifs de développement et de lutte contre le changement climatique.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut