International › APA

Côte d’Ivoire: des journalistes à l’école de la bourse

Pas d'image

Des journalistes ivoiriens ont été instruits, ce week-end, sur les opportunités d’investissements à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), lors d’un press club. Et ce, afin de mieux informer leurs lecteurs et auditeurs.Ce press club, organisé par l’Association des journalistes économiques et financiers de Côte d’Ivoire (AJEFCI), a été animé par M. Brice Kouao, le fondateur de l’Ecole de la bourse autour du thème « Rendre les informations boursières plus accessibles au grand public, encourager les populations à l’épargne publique grâce à la Brvm et l’introduction de Orange Côte d’Ivoire à la Brvm ».

Devant des journalistes venus à cette tribune, à la Maison de la presse d’Abidjan, M. Kouao a expliqué vendredi les enjeux de l’investissement en bourse. Il a d’entrée fait observer que le marché financier de l’Uemoa a été créé pour permettre aux entreprises et aux États de lever des financements à des conditions plus favorables.

Toutefois, dira-t-il, des investisseurs et des épargnants peuvent acheter des actions ou souscrire à des emprunts obligataires à travers des Sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI). En outre, les entités qui sont cotées à la Brvm partagent une partie de leur bénéfice et quand il s’agit des emprunts obligataires elles paient des intérêts aux investisseurs.

Plus de 300 milliards de Fcfa de revenus ont été distribués en 2021 en termes de dividendes, a-t-il fait savoir, invitant les populations à investir à la Bourse régionale des valeurs mobilières, car ce sont des ressources également disponibles pour le grand public qui doit savoir placer son capital et capter sa part de richesse sur ce marché financier.   

Pour une entreprise comme la Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci), « c’est 48,5% du capital qui a été mis à disposition du grand public », a révélé le fondateur de l’Ecole de la bourse, faisant remarquer que l’action qui coûtait 2.500 Fcfa en octobre 2020, a aujourd’hui une valeur 5.000 Fcfa. 

« Toute personne qui a une épargne, même de 20.000 Fcfa ou 25.000 Fcfa par mois peut acheter des actions et constituer son capital progressivement, car à la bourse on peut investir chaque semaine, chaque mois au gré de ses revenus », a-t-il conseillé, avant d’ajouter qu’ à la fin de l’année, l’entreprise paie des dividendes au prorata des actions détenues.  

« Selon les données de la Bceao de mars 2020, 71% des crédits bancaires du système ivoirien sont des prêts de moins d’un an, et seulement 15% sont des prêts de plus de 5 ans. Alors, dans une économie qui est censée se construire des infrastructures (…), comment peut- on avoir plus de 2/3 du financement qui est un financement à court terme ? », s’est-il interrogé.  

De ce fait, « une entreprise qui veut lever des fonds sur le long terme est bloquée à l’état actuel et vous l’entendez dans le discours des entrepreneurs, mais en fait elles (ces entreprises) ne devaient pas être bloquées puisque dans le capitalisme, il existe plusieurs mécanismes de financements; le système bancaire mais aussi les marchés financiers », a-t-il poursuivi.

M. Brice Kouao a souligné que sur le marché financier, les emprunts obligataires sont définis sur une durée et par les entreprises elles-mêmes. Il a par ailleurs rappelé que la Bourse régionale des valeurs mobilières admet des Petites et moyennes entreprises dans son 3e compartiment, où une trentaine de PME constituent la cohorte.  

    

Évoquant  l’introduction de Orange Côte d’Ivoire à la Brvm, M. Kouao a expliqué que lorsqu’une entreprise arrive sur le marché de la bourse, c’est à partir de la note d’information qu’on apprécie sa valeur. Et l’investisseur doit savoir qu’ « il y a une opportunité d’investissement lorsqu’un actif est proposé à un prix qui est inférieur à sa valeur ». 

Le président de l’AJEFCI, Stéphane Soumahoro, a indiqué que cette tribune vise à vulgariser ce marché auprès de la presse économique pour aider les journalistes à produire du contenu afin de sensibiliser à la fois les entreprises et les populations à investir à la bourse des valeurs mobilières. L’école de la bourse, elle, forme et accompagne les personnes qui désirent investir à la Brvm.

 


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut