International › APA

Divers sujets au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce vendredi se focalisent sur nombre de sujets notamment, la taxation des avocats, les recommandations de la banque mondiale pour économie marocaine résiliente et le soutien du gouvernement aux familles vulnérables.+Le Matin+ rapporte que le gouvernement et les avocats auraient trouvé un terrain d’entente pour désamorcer la crise provoquée par les mesures fiscales du PLF 2023. C’est ce qu’affirment des sources professionnelles. Cet accord a été conclu jeudi lors d’une réunion qui s’est tenue en présence des membres de l’Association des barreaux du Maroc, du ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa et du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi. A l’ordre du jour figurait l’objet principal de la discorde, à savoir le régime fiscal applicable à certaines professions libérales réglementées, dont celle d’avocat, proposé dans le projet de budget 2023.

En premier lieu, il a été décidé de supprimer la mesure concernant l’impôt sur le revenu (IR) qui prévoyait l’imposition aux avocats de verser une avance sur l’IR pour chaque dossier déposé auprès des différentes juridictions. Les avocats auront donc deux choix : payer 300 DH sur chaque affaire présentée de manière définitive auprès du Tribunal de première instance, des Cours d’appel et de cassation, après le prononcé final du jugement non susceptible de recours, ou bien effectuer une déclaration semestrielle, en signifiant le nombre de cas, croit savoir la publication.

Par ailleurs, les deux parties ont convenu de l’exonération d’impôt des affaires soumises en vertu de l’article 148 du Code de la procédure civile. Pour les affaires de proximité, les litiges du travail, ainsi que les accidents du travail, ces derniers seront exemptés d’impôt jusqu’à l’exécution du jugement. Il a été également décidé d’exonérer de tout impôt les avocats nouvellement inscrits aux barreaux pendant les trois premières années de leur exercice professionnel. Les avocats récemment inscrits auprès de l’administration fiscale bénéficieront également d’une exonération jusqu’à fin décembre prochain. Les discussions sur la TVA se poursuivront l’année prochaine. 

+L’Economiste+ souligne que les vacataires de l’enseignement et de la formation professionnelle privés verront leur rémunération baisser sensiblement, à partir du 1er janvier 2023. En effet,  le projet de loi de finances pour 2023 prévoit de relever le montant de la retenue à la source de 17% à 30%. 

Une mesure assortie de l’obligation de déclarer l’ensemble des revenus générés au cours de l’année. La même ponction concernera également les enseignants auto-entrepreneurs. Une autre mesure portera sur le doublement du taux de taxation qui passera d’ici 2026 de 10% à 20% pour les sociétés réalisant un bénéfice net de moins 300.000 DH.

+Les Inspirations Eco+, qui évoque les recommandations de la banque mondiale, écrit que pour ancrer le Maroc sur une trajectoire de résilience et bas carbone à l’horizon 2050, il faut mobiliser des investissements de l’ordre de 78 milliards DH. C’est la principale recommandation du rapport sur le climat et le développement, qui vient d’être publié par la Banque mondiale. En effet, ce rapport met l’accent sur l’importance que l’investissement dans le climat peut procurer comme avantages pour le Royaume. 

« Cela permettra de créer de nouveaux emplois, de redynamiser les zones rurales et de transformer le pays en un pôle industriel ‘vert’ tout en l’aidant à atteindre plus largement ses objectifs de développement », dixit la Banque mondiale, citée par le quotidien.Parmi les bénéfices escomptés, figurent également l’environnement attractif pour les investissements étrangers directs, un centre d’exportations, en plus de la stimulation de la croissance économique.

+Aujourd’hui le Maroc+ précise que le taux de chômage a baissé de 0,4 point au niveau national entre le troisième trimestre de 2021 et celui de 2022, en passant de 11,8 à 11,4%. 

Dans sa note d’information sur la situation du marché du travail au troisième trimestre 2022, le Haut Commissariat au Plan  précise que le taux de chômage a régressé de 1 point en milieu urbain, passant de 16 à 15% alors qu’il a stagné en milieu rural en s’établissant à 5,2%. 

En l’espace d’une année, le nombre de chômeurs a baissé de 70.000 personnes, passant de 1.447.000 à 1.378.000 chômeurs, ce qui correspond à une baisse de 5%. Cette tendance baissière résulte d’une diminution de 62.000 chômeurs en milieu urbain et de 8.000 en milieu rural.

+Bayane Al Yaoum+ se fait l’écho des recommandations du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) au sujet du soutien aux familles vulnérables. Ainsi, dans son dernier rapport annuel, le CESE recommande d’envisager la distribution d’aides ciblées aux catégories les plus vulnérables afin de faire face au choc inflationniste récent. 

S’agissant des actions à caractère immédiat, et outre la distribution d’aides ciblées aux catégories les plus vulnérables, le CESE a également recommandé le maintien des droits de douane sur certains produits de base importés à des niveaux bas, ainsi que le renforcement du contrôle du respect de la concurrence dans les différents secteurs, en particulier ceux relatifs aux biens de première nécessité et produits de base, avec des sanctions suffisamment dissuasives en cas d’infractions.


Commentaire

L’Info en continu
  • Togo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 15.02.2022

A la découverte du marché des féticheurs

C'est un marché traditionnel situé  dans la ville de Lomé, la capitale du Togo dans le quartier d’Akodésséwa. Il fait à peu près la taille…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut