International › APA

Malawi : la présidentielle face à des défis juridiques et sanitaires majeurs

La marche vers le Palais de la République du Malawi s’avère difficile pour les candidats à la présidence et leurs partisans.C’était d’abord l’élection présidentielle organisée en mai 2019 dont l’issue a été contestée avec succès par l’opposition en février, ce qui a conduit la Cour constitutionnelle à annuler la réélection du président Peter Mutharika et à ordonner une nouvelle élection dans les 150 jours.

Ensuite est venue la plainte très molle contre la décision de la Cour constitutionnelle par Mutharika et la Commission électorale du Malawi (MEC). Ce recours a cependant été rejeté par la Cour suprême au début du mois.

Comme si ces obstacles juridiques ne suffisaient pas, les acteurs politiques et les responsables électoraux doivent faire face à deux autres défis.

L’un d’eux est d’ordre juridique et implique la confusion entourant la date du scrutin.

La MEC et la commission des affaires juridiques du Parlement ont annoncé que les élections se tiendraient le 23 juin, tandis que le Procureur général, Kalekeni Kaphale a déclaré nulle et non avenue une résolution de la commission fixant la date du scrutin.

Dans une lettre datée du 22 mai, Kaphale a fait valoir que le comité s’était « mal orienté » en se prononçant à la date du scrutin et en ordonnant au MEC de faire avancer les élections à partir de la date antérieure du 2 juillet qui avait été fixée par le corps électoral.

Il a déclaré que le comité juridique n’a pas le pouvoir de fixer la date du scrutin.

« Pour commencer, votre commission n’est pas du tout le Parlement. Il s’agit simplement d’une commission parlementaire », a déclaré Kaphale, ajoutant ainsi une couche aux obstacles entourant les prochaines élections.

Cependant, le défi le plus redoutable que devra relever la commission électorale et les acteurs politiques sera de savoir comment garantir que la campagne et le scrutin ne vont pas déclencher une hausse des cas de coronavirus.

Jusqu’à présent, le Malawi a enregistré 101 cas de Covid-19 et quatre décès, et il est à craindre que ce nombre augmente en raison du non respect de la distanciation sociale pendant la campagne en cours.

Les politiciens font tout pour obtenir des votes, y compris pour exhorter leurs partisans à ignorer les messages de santé sur la prévention du coronavirus.

Le vice-président du pays, Saulos Chilima, a récemment déclaré à ses partisans du Mouvement de transformation unifié lors d’un rassemblement politique dans la capitale Lilongwe qu’ils devraient continuer à converger en grand nombre.

L’UTM conteste la reprise présidentielle dans le cadre d’une alliance électorale qui comprend le Parti du Congrès du Malawi (MCP) et le Parti du peuple (PP).

« Quand nous marchons, si vous rencontrez quelqu’un qui met des vêtements MCP, serrez-le dans vos bras. Et si vous rencontrez quelqu’un avec des vêtements PP, serrez-le dans vos bras », a déclaré Chilima.

Il a ajouté que l’on ne pouvait pas contracter la Covid-19 en étreignant d’autres personnes.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut