International › APA

Santé et économie au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

La réactivité du Maroc face au coronavirus, le rôle du secteur bancaire en période de crise et la relance économique sont les principaux sujets traités par les hebdomadaires et quotidiens marocains parus ce samedi.+L’Observateur du Maroc et d’Afrique+ écrit que  « le Maroc sort grandi de la crise du coronavirus. La réaction a été immédiate, efficace, mais surtout humaniste».

Le Maroc sort grandi parce qu’à l’annonce du confinement, le peuple a été très discipliné non pas par panique, mais parce qu’il a compris, que, SM le Roi Mohammed VI dans son rôle protecteur, le lui demandait, poursuit l’hebdomadaire, notant que cette relation fusionnelle donne au Maroc une force exceptionnelle.

Dans les épreuves à venir, ainsi que dans la crise socio-économique que le monde connaîtra, le Maroc pourra s’appuyer sur cette relation entre le Souverain et tout un chacun, conclut-il.

Revenant sur la décision de la Banque Centrale de baisser son taux directeur à 1,50 %, +Challenge+ souligne que cela signifie que les banques pourront disposer de plus de liquidités pour financer l’économie et ce, à des taux qui ne soient pas prohibitifs pour les entreprises et les particuliers, mais qui assurent une marge bénéficiaire aux banques.

Le Maroc n’a aucun intérêt à affaiblir son secteur bancaire qui est aux normes internationales les plus élevées, lance la publication, faisant savoir que sans la résilience du système bancaire, le Maroc se serait effondré lors du programme d’ajustement structurel.

Pour sa part, +la Vie éco+ relève que depuis quelques jours, c’est la deuxième épreuve qui commence pour le Maroc, soulignant qu’elle est d’une tout autre nature et sera certainement tout aussi difficile. Cette épreuve sera à caractère social et économique et aura pour sujet principal la relance, explique-t-il, notant qu’elle pourrait durer plusieurs mois, être plus complexe et plus périlleuse.

Avec le même état d’esprit d’union, de solidarité, de réactivité, et la même foi, la relance de l’économie marocaine sera certainement plus rapide et plus vigoureuse que ce qui est avancé par les pronostics…estime-t-il.

+Libération+ se demande si les efforts longtemps consentis par les citoyennes et citoyens des régions de Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont-ils été vains ? A en croire le bilan épidémique publié vendredi par le ministère de la Santé, on est tenté de répondre par l’affirmative. Oui, ils comptent pour du beurre. En cause Des fraises. On vous rassure, ce n’est pas la recette d’un succulent dessert, mais plutôt celle d’une situation qui, à défaut d’être alarmante, est frustrante.

Après s’être légitimement réjoui la semaine dernière d’un nombre de cas positifs de plus en plus bas dans les régions de la Zone 2, les nouveaux foyers professionnels apparus au cœur d’une usine de conditionnement de fraises dans la région de Lalla Mimouna, ainsi que dans les fermes de cueillette de fraises et leurs usines de conditionnement à Larache et Ksar El Kebir ont fait basculer le sens de l’histoire du mauvais côté, écrit-il.

+Finance News Hebdo+ note que le secteur névralgique de l’économie nationale, qu’est le transport est une activité clé pour réussir la reprise. Les restrictions sur les déplacements, notamment entre les villes, ont impacté plusieurs branches d’activités, soit en empêchant la main-d’œuvre de regagner son lieu de travail, ou la distribution des marchandises ou encore la livraison des matières de production.

La filière du transport de voyageurs est la plus impactée et les professionnels commencent à monter au créneau pour dénoncer le manque de visibilité. Ils appellent le gouvernement à prendre les dispositions nécessaires pour tracer au plus vite une feuille de route précise et soutenir les entreprises impactées afin qu’elles puissent redémarrer.

+Al Massae+ se fait l’écho d’une étude réalisée récemment selon laquelle 70% des Marocains veulent voyager à l’intérieur du pays après de longues semaines de confinement.

Par ailleurs, l’étude montre que 60% des personnes interviewées préfèrent attendre encore un mois avant de faire leurs valises, sans pour autant laisser tomber l’idée du voyage. La même source indique que 36.5% des personnes sondées comptent rendre des visites à leurs familles, 29.1% veulent se rendre dans des stations balnéaires, alors que 26.6 préfèrent les sites naturels.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut