International › APA

Politique, économie et santé au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

La question Sahara, la déductibilité fiscale des dons au Fonds spécial Covid-19, la relance touristique, les mesures anti-Covid et les chiffres de la sécurité routière sont les principaux sujets traités par les quotidiens et hebdomadaires marocains.+Rissalat Al Oumma+ rapporte que des personnalités rwandaises se sont accordées sur le caractère réaliste, pragmatique, et durable de l’Initiative marocaine d’Autonomie lors d’une conférence débat organisée dans le cadre de l’émission citoyenne Sahara Debate.

Ainsi, M. André Gakwaya, journaliste et directeur de l’agence rwandaise Rwanda News Agency, a souligné dans son intervention la pertinence et la clairvoyance de l’Initiative marocaine d’Autonomie comme seule et unique solution au différend régional sur le Sahara marocain.

Le journaliste a également fait part de son admiration pour les efforts consentis par le Maroc pour le développement de la région dans le cadre du Nouveau Modèle de Développement pour les Provinces du Sud. Il a ainsi souligné que ce modèle doté d’une enveloppe budgétaire de 81 milliards de dirhams est sous-tendu par une approche holistique et intégrée.

Sous le titre «Bonjour la relance !», +la Vie éco+ souligne que la suppression, surprise, de la déductibilité fiscale des dons au Fonds spécial Covid-19 est un coup dur, voire fatal, porté à la crédibilité de l’Administration publique et à la notion de confiance.

En toute logique, le retrait de la déductibilité des dons aurait dû être défendu par les parlementaires bien avant l’arrivée de la pandémie, insiste l’hebdomadaire, notant que les opérateurs et les investisseurs s’engagent sur le long terme et ont donc besoin d’un minimum de visibilité et d’assurance. « A l’avenir, les opérateurs économiques réfléchiront longuement avant de s’engager ou d’investir même avec des écrits officiels émanant de l’Administration. Bonjour la relance de l’économie…», conclut-il.

+Challenge+ relève que « le secteur du tourisme sait désormais ce que l’Etat est prêt à faire pour lui. 16 milliards de dirhams, ce n’est pas rien, c’est même un effort historique».

L’ensemble du dispositif est bien charpenté, parce qu’il concerne l’ensemble des strates du secteur et qu’il ne manque pas de cohérence, poursuit l’auteur, faisant savoir que ce secteur est dévasté et c’est une illusion de croire qu’il trouvera sa santé dans quelques mois. «Mais pour sauver la situation, il faut donner de la visibilité. Les hôteliers doivent savoir à quelle date les frontières seront ouvertes pour tenter de convaincre les tours opérateurs de commercialiser le produit national, c’est une urgence !», fait-il observer.

Tant qu’un traitement efficace n’aura pas été mis au point, un retour à la situation ante Covid n’est pas d’actualité, écrit, de son côté, la +Nouvelle Tribune+, notant qu’il faudra impérativement continuer à se prémunir de l’infection. A côté des mesures anti-Covid, l’Etat devra continuer, avec diligence, d’aider les démunis, les défavorisés, tous ceux qui, objectivement, sont les premières cibles de la pandémie, ajoute l’éditorialiste.

«Le masque, encore le masque toujours le masque, voilà le mot d’ordre de l’heure et pour de nombreux mois encore !», fait-il remarquer.

+L’Economiste+ fait savoir que pour éviter une deuxième vague du virus lors de l’Aid Al Adha (fête du sacrifice) qui aura lieu dans quelques jours, les autorités publiques ont décidé de soumettre les bouchers à un dépistage massif et à en faire une condition sine qua none pour exercer le fameux rituel le jour J.

En plus de cette autorisation obligatoire, ces derniers devront, selon le ministère de l’intérieur, exercer en employant tous les moyens de protection existant, incluant notamment le port du masque et des gants ainsi que l’utilisation régulière du gel hydroalcoolique, indique le quotidien.

+Aujourd’hui le Maroc+ souligne que le confinement a eu un réel impact sur les chiffres de la sécurité routière. Avec les mesures de confinement sanitaire imposées dès le 20 mars, le nombre de morts sur les routes a très nettement baissé. En effet, durant la période allant du 20 mars au 31 mai 2020, on relève des baisses spectaculaires pour tous les indicateurs. Ainsi, la comparaison du bilan provisoire de la période allant du 20 mars à 31 mai 2020 avec les données provisoires de la même période de l’année 2019 fait ressortir une diminution de 68,69% du nombre des accidents corporels, soit 6.139 au lieu de 19.610. Le nombre de tués a baissé de 57,84% (242 tués au lieu de 574).

A noter que la plus forte régression a été enregistrée du côté des blessés légers avec 71,91%, soit 7.539 au lieu de 26.836. Pour leur part, les blessés graves ont diminué de 67,14% pour s’établir à 505 au lieu de 1.537. Par ailleurs, en établissant la comparaison des chiffres des 5 premiers mois de 2020 par rapport à ceux des 5 premiers mois de l’année 2019, force est de constater que tous les indicateurs de la sécurité routière ont enregistré des baisses importantes. Ainsi, le nombre des tués a baissé de 32,74% pour s’établir à 873.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 09.04.2019

Kpalimé

Le gouvernement ambitionne de faire du tourisme l’un des leviers de développement du pays afin que le Togo soit pionnier du secteur touristique dans la…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut